MINUTE

Prononciation : mi-nu-t'
Nature : s. f.

1La soixantième partie d'une heure. Une demi-minute. La minute contient soixante secondes. Compter les minutes, être dans une attente qui fait trouver le temps long.
Sitôt que quelqu'un arrivait... je sortais en murmurant... j'allais compter les minutes dans son antichambre [de Mme de Warens] , J. J. ROUSS. , Conf. III
2Par extension, un très court espace de temps. Je ne serai absent qu'une minute.
Quand j'en suis séparée une seule minute , TRISTAN , Panthée, II, 2
Et moi, pour te louer, Dieu des soleils, qui suis-je ! Atome dans l'immensité, Minute dans l'éternité , LAMART. , Harm. I, 2 Familièrement. C'est un homme à la minute, il est à la minute, c'est-à-dire il est d'une grande exactitude. Dans la minute, à l'instant même. Je suis à vous dans la minute. Côtelettes à la minute, côtelettes grillées promptement et servies sur-le-champ.
3Terme d'astronomie et de géographie. La soixantième partie de chaque degré d'un cercle.
M. Picard y traça [à Uranibourg] la méridienne du lieu, et fut fort étonné de la trouver différente de dix-huit minutes de celle que Tycho avait déterminée et qu'il ne devait pas avoir déterminée négligemment, puisqu'il s'agissait d'un terme fixe où se rapportaient toutes ses observations , FONTEN. , Chazelles. Dans le système centigrade, minute s'est dit de la 100e partie d'un degré et d'une heure. On dit en ce sens : minute centésimale.
4Terme de marine. Sablier qui est réglé sur la durée d'une minute de temps. Demi-minute, sablier qui passe en trente secondes. 5Terme d'architecture. La 12e, la 18e ou la 30e partie du module. 6Terme de peinture. Subdivision de la tête humaine, d'après laquelle on règle les proportions d'une figure. C'est à peu près la 48e partie de la tête. XIIIe s.
Li jors a quatre quadrans, li quadrans six eures, li eure quatre poins, les poins dix momens, li momens douze onces ; une once quarante sept minuces qui sont si petites qu'on ne les puet deviser , Comput, f° 2
XVe s.
Sçavoir les heures, les temps, les minutes et les momens pour sçavoir le commencement des jours et des nuis , E. DESCH. , Art de dictier, p. 263
XVIe s.
En une minute de temps , CALV. , Instit. 119
À quoy ils ne faillirent d'une seule minute d'horloge , DESPER. , Contes, CXXVIII
Si la plus longue vie est moins qu'une journée, Une heure, une minute envers l'eternité , DESPORTES , Oeuv. chrestiennes, Sonnets, 2
Lat. minuta, chose menue (voy. MENU). Minuce dans l'exemple du XIIIe siècle vient de minutia. 1Petit caractère dont on se sert pour écrire les actes originaux et publics. Écrire en minute. 2Brouillon, original de ce qu'on écrit. L'on n'a jamais dit la minute d'un chiffre [de correspondance] et l'on ne sait ce que c'est, Lett. etc. de Colbert, III, 2, p. 149.
M. l'abbé Bignon a laissé parmi ses papiers un grand nombre de lettres de savants, et les minutes de ses réponses , MAIRAN , Éloge de l'abbé Bignon.
3Original des actes notariés, signé des noms des parties et de ceux des notaires, et qui demeure chez les notaires. Jugements qui s'expédient dans les greffes, signés des parties ou des juges, et qui demeurent au greffe. Terme de chancellerie romaine. Préfet des minutes, officier chargé de dresser les minutes des décrets du préfet de la signature de justice. 4Dans l'art de lever les plans, le dessin qu'on a tracé géométriquement et à vue sur le terrain même dont il est la représentation. XVIe s.
Ils furent surpris de nuit en ung logis, transcrivant encore leurs mynutes , CARL. , VI, 7
Lat. minuta scriptura, écriture menue, cette sorte de pièce s'écrivant en petits caractères.