minorite

Prononciation : mi-no-ri-té
Nature : s. f.

1État d'une personne mineure.
Dieu lui avait donné cette indomptable valeur pour le salut de la France, durant la minorité d'un roi de quatre ans , BOSSUET , Louis de Bourbon. Recevoir de minorité, dans l'ordre de Malte, admettre des chevaliers avant l'âge de 16 ans. Le temps pendant lequel on est mineur. Une minorité, le temps pendant lequel un prince souverain est mineur.
Déjà pour le soutien d'une minorité et d'une régence tumultueuse s'était élevé à la cour un de ces hommes [le duc d'Enghien].... , FLÉCH. , le Tellier.
Une minorité ruine presque toujours des conquérants , VOLT. , Moeurs, 195
Sorte de ruban qu'on inventa pendant la minorité de Louis XV.
2Le petit nombre, par opposition à majorité.
Le plus grand de tous les dangers, celui de transporter à la minorité des suffrages l'influence que le bien général donne incontestablement à la majorité , MIRABEAU , Collection, t. I, p. 459 La minorité d'une assemblée, la partie la moins nombreuse qui combat les mesures, les opinions de la partie la plus nombreuse. Être, se trouver en minorité, n'avoir avec soi sur une question que le moindre nombre des votants. Le ministère s'est trouvé en minorité sur cette question. Être dans la minorité, se dit aussi en général pour professer une opinion, une croyance, etc. qui n'a pas pour elle la majorité du public.
Minorité, au sens de moindre nombre, n'est pas dans les anciennes éditions du Dictionnaire de l'Académie ; c'est un mot venu d'Angleterre avec les débats parlementaires. Provenç. menoretat ; espagn. minoridad ; ital. minorità ; du lat. minoritatem, de minor (voy. MINEUR 2). MINORITÉ. Ajoutez : - HIST. XVIe s.
La duchesse sa mere....ne pouvoit resister aux entreprinses que mettoient sus plusieurs grans seigneurs à l'occasion de la minorité de l'aage de ce jeune prince , PARADIN , Chron. de Savoye, p. 342