MILLIAIRE

Prononciation : mi-li-ê-r'
Nature : adj.

Chez les Romains, qui est placé de mille en mille pas. Borne, pierre milliaire.
Je suis désespéré de voir ces misérables indices [des poteaux de bois] au lieu des colonnes milliaires qui y étaient autrefois [dans un ancien chemin romain] , MONTESQ. , Lett. pers. 142 Abusivement. Placé à la distance d'une lieue, d'un kilomètre. S. m. Le premier, le second milliaire est à tel endroit. Milliaire doré ou milliaire d'or, colonne enrichie d'or, qu'Auguste avait fait élever dans le Forum et d'où l'on commençait à compter les milles pour les grands chemins de l'Empire ; on prétend qu'il existe encore et qu'il est en haut de l'escalier du Campidoglio.
XIIIe s.
À Pasques, en l'an de grace qui le milliaire couroit par mil deux cenz quarante et huit, mandé-je mes hommes , JOINV. , 208
XVe s.
Princes, li mondes s'envieillit, De jour en jour anientit ; Septan miliaire s'avance , E. DESCH. , Poésies mss. f° 446
XVIe s.
Cela advint le 11e jour d'avril 1544, après Pasques ; nous estions en ce temps là contraints d'ainsi compter le milliaire ; car, seuls en la chrestienté, le prenions à la resurrection , CARL. , I, 42
Provenç. miliari ; du lat. milliarius, dérivé de mille, mille.