meuliere

Prononciation : meu-liè-r'
Nature : adj.

1Pierre meulière, pierre propre à faire des meules.
Les sables qui sont mobiles dans le moment où les flots les amoncellent sur les bords, mais qui, par le moyen du suc calcaire que la mer y infiltre, se durcissent graduellement au point de servir à des pierres meulières , SAUSSURE , Voy. Alpes, t. I, p 363, dans POUGENS Substantivement.
La meulière n'est presque jamais en bancs ni en lits ; ce sont des blocs isolés qui présentent rarement des masses assez grandes pour faire des meules d'un seul morceau , MONGEZ , Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 474
Carrière meulière, le lieu d'où l'on tire ces pierres.
2S. f. Meulière ou pierre de meulière, nom donné à des moellons de roche rudes et remplis de trous superficiels, dont on se sert pour la maçonnerie des pièces d'eau, et pour bien d'autres maçonneries qu'on veut faire très solides.
Les pierres de roche et de meulière sont fort estimées pour la maçonnerie, surtout dans les fondements , GENLIS , Maison rust. t. I, p. 25, dans POUGENS
La meulière est, comme on sait, un silex criblé d'une multitude de cavités irrégulières, garni de filets siliceux disposés à peu près comme le tissu réticulaire des os et tapissés d'un enduit d'ocre rouge , CUVIER et BRONGNIART , Instit. Mém. scienc. 1810, 1er sem. p. 48
Nous avons fait de véritables meulières artificielles avec du calcaire siliceux dans de l'acide nitrique , CUVIER , ib. p. 30
Meule 1.