MESSAGE

Prononciation : mè-sa-j'
Nature : s. m.

1Commission dont est chargé un messager.
Et j'allais lui porter ce funeste message , CORN. , Médée, V, 1
Ces libres entretiens, ces messages infâmes , ROTR. , Vencesl. II, 1
S'ils ne font pas tous les messages où on les emploie , PASC. , Prov. VI
Je lisais en allant faire mes messages , J. J. ROUSS. , Conf. I
Il [le pigeon messager] est tombé, las d'un trop long voyage ; Rendons-lui vite et force et liberté ; D'un trafiquant remplit-il le message ? Va-t-il d'amour parler à la beauté ? , BÉRANG. , Pigeon messag.
2La chose que le messager est chargé de dire ou de porter. C'est lui qui portait les messages. 3Communication officielle entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif ou entre les deux chambres. Le message annuel du président des États-Unis. XIe s.
E filz ! dist-il, cum dolerus message ! , St Alexis, LXXVIII
Qu'à Marsillon [il] me portast mon message , Ch. de Rol. X
XIIe s.
Chançon, va-t-en pour faire mon message Là où je n'ose.... , Couci, XI
XIIIe s.
À cel message furent esleus li quens Hues de Saint-Pol et Joffrois li mareschaus de Champaigne , VILLEH. , XXXII
XVe s.
Quand assez festés furent, ils firent leurs messages sagement et à point , FROISS. , I, I, 45
XVIe s.
Le roy de Navarre me dit n'en avoir nul messaige ; et de moy, je n'en ay nulle lettre de vous ne de nul des vostres , MARG. , Lett. 137
Provenç. messatge ; cat. mitsatge ; esp. mensage ; port. mensagem ; ital. messaggio ; du bas-latin missaticum, de missus, part. passif de mittere, envoyer (voy. METTRE). Dans l'ancienne langue, message signifiait aussi messager ; alors il vient de missaticus ; elle avait en outre le simple mes, envoyé, messager, du latin missus. 2. MESSAGE (mè-sa-j'), s. m.
Dans le Puy-de-Dôme, le pâtre qui reste avec les vaches , les Primes d'honneur, p. 446, Paris, 1874 C'est l'ancien franç. message (voy. MESSAGE), au sens d'envoyé, du bas-lat. missaticus, celui qui est envoyé, qui a commission.