MERRAIN

Prononciation : mè-rin
Nature : s. m.

1Bois fendu en planches et propre à différents ouvrages. Où ledit droit de sol pour livre est établi sur le bois, tant merrain qu'à brûler, Règlement général sur les aides, 12 oct. 1624. Bois préparé pour faire les douves des tonneaux. 2Terme de vénerie. La matière de la perche et du bois du cerf.
Le merrain gros et bien perlé, avec grand nombre d'andouillers forts et longs , BUFF. , Quadrup. t. II, p. 40
XIIe s.
Li reis Yram enveiad messages al rei David... e enveiad lui mairen de cedre, e charpentiers, e taillurs de pierre , Rois, p. 137
XIIIe s.
Helas ! quant je regart mon estat premerien, Comment Diex me fist home quant je n'estoie rien, Et de si vil matere et de si vil merrien, Bien devroie amer Diex au mains au deerien [à la fin] , J. DE MEUNG , Test. 241
Il ne sera jà si soutis [habile] maistres qui de tant de marrien seust faire un vaissel.... , BRUN. LATINI , Trés. p. 111
XIVe s.
Mais de merriens pesanz sur les creneaux posez Avoit on nostre gent laidement ravalez , Guesclin. 8271
XVe s.
En ce temps, les eaues furent merveilleusement grandes... et des villaiges feurent plusieurs petites maisons comme abbatues, et en venoit le marrin aval l'eaue , JUVÉNAL DES URSINS , Charles VI, 1405
L'en voit les cerfs naturelment muer L'an une fois le merien... , E. DESCH. , Poésies mss, f° 327
XVIe s.
Bestial à pied fourché, et bois merrien , Déclar. du roi, 23 janv. 1598
Wallon mairain ; provenç. mairam ; du bas-lat. materiamen, derivé du lat. materia, bois (voy. MATIÈRE).