MERLAN

Prononciation : mèr-lan
Nature : s. m.

1Poisson de mer (gadus merlangus, L.) du genre des gades, dont la chair est extrêmement légère. Filets de merlan. 2Se dit populairement d'un perruquier, et surtout se disait quand les perruquiers étaient blancs de poudre, comme les merlans de farine.
La Peyronie [célèbre chirurgien] est chef de perruquiers qu'on appelle merlans, parce qu'ils sont blancs , Journal de BARBIER, 1744, t. II, p. 404, 1re édit.
....M'adressant à un merlan qui filait une perruque sur un peigne de fer.... , CHATEAUBR. , Mém. d'outre-tombe, dans le feuillet. de la Presse du 4 nov. 1848
XIIIe s.
Del millier de makeriel quatre deniers [de droit], et del millier de mierlenc quatre deniers , TAILLAR , Recueil d'actes, p. 15
Nus poisonniers de mer ne puet metre raie, ne amener poisson salé, ne merlanc salé, que le fuerre [la paille] qui est dessus les paniers ne soit ostez ès hales, ains que le poison soit venduz , Livre des mét. 269
Hainaut, merlen, merlin ; bas-breton, marlouan. Origine inconnue. Diez remarque qu'il viendrait très bien d'une forme allemande merling, qui appartient à la mer, mais que cette forme n'existe pas. MERLAN. Ajoutez : 3Merlan à poil, merlan qui, pêché au filet, est amolli par la traîne, et perd ainsi le brillant de sa robe : le merlan brillant, pêché à l'hameçon, a beaucoup plus d'apparence et se garde mieux. 4Merlan bleu s'est dit pour poisson d'avril, c'est-à-dire maquereau. Quelques étourdis par raillerie m'appelaient merlan bleu, ce qui voulait dire en leur langage [de laquais] poisson d'avril, les Maistres d'hostel aux halles, p. 31, 1670, dans CH. NISARD, Parisianismes, p. 157.