MENTERIE

Prononciation : man-te-rie
Nature : s. f.

Synonyme familier de mensonge.
Je n'ai point tant d'esprit pour tant de menterie, Je ne puis m'adonner à la cajolerie , RÉGNIER , Sat. III
J'appelle rêveries Ce qu'en d'autres qu'un maître on nomme menteries , CORN. , Menteur, I, 6
Je vous prie de lui pardonner tout ce qu'il avouera naïvement, mais jamais une menterie , SÉV. , 301
Dieu merci, il ne m'a point encore attrapé en menterie, et je lui en dis pourtant très bien tous les jours , DANCOURT , Foire de Besons, sc. 20 Mensonge léger ou badin, sans conséquence. Madame, vous pourrez bien me ramener, n'est-il pas vrai ? - Pardonnez-moi, madame, car il faut que je passe chez Mme du Puy-du-Fou.
Menterie, j'y avais déjà été , SÉV. , 3 avr. 1671
Là il n'y a point de poésie où il n'y a pas de menterie , CHATEAUBR. , Génie, II, I, 5
XVe s.
À Dieu et aux gens detestable Est menterie , ALAIN CHARTIER , dans le Dict. de DOCHEZ.
XVIe s.
Au lieu desquels entrerent flaterie, Deception, trahison, menterie , MAROT , IV, 18
Mon ame de sa complexion refuyt la menterie , MONT. , III, 52
Mentir.