mendicite

Prononciation : man-di-si-té
Nature : s. f.

1État de celui qui est obligé de mendier.
J'ai fort bien remarqué que, dans ces derniers temps, près de la dixième partie du peuple est réduite à la mendicité et mendie effectivement , VAUBAN , Dîme, p. 4
L'avarice.... Peut faire dans les biens trouver la pauvreté, Et nous réduire à pis que la mendicité , BOILEAU , Sat. X
Je ne parle pas de ceux qui sont à la mendicité, et dont plusieurs n'y ont été réduits que par les fautes du gouvernement même , CONDIL. , Comm. gouv. II, 8 Ordonnance contre la mendicité, ordonnance qui défend de mendier. On lit souvent sur des poteaux à l'entrée d'un département : La mendicité est interdite dans le département de....
2La profession de mendiant.
La mendicité est une maladie qui tue dans fort peu de temps son homme et de laquelle on ne relève point , VAUBAN , Dîme, p. 126
Pour ôter la mendicité, il faut trouver des moyens contre l'indigence , BOSSUET , Polit. X, I, 12
Hôpitaux dressés par ses soins et par ses bienfaits dans les villes de ses gouvernements, pour les mettre à couvert d'une importune mendicité , FLÉCH. , Duc de Mont.
3Les mendiants pris collectivement. Dépôt de mendicité. XIe s.
Tant riches reis [il a] conduit à mendistet , Ch. de Rol. XXXIX
XIIIe s.
Car ce sunt deus extremités Que richece et mendicité , la Rose, 11468
XIVe s.
Toute mendicité soit pour fortune ou de volenté est un obprobre ou reproche et est triste et desplaisable , ORESME , Thèse de MEUNIER.
Lat. Mendicitatem ( 2nd i bref), de mendicare, mendier. La forme mendisté est la forme régulière, l'i bref étant tombé ; mendicité a été refait sur le latin dès le XIIIe siècle. On disait aussi mendiance.