MATRAS

Prononciation : ma-trâ
Nature : s. m.

Vase de verre, qui a le col long et étroit, et qui s'emploie dans les opérations chimiques et pharmaceutiques.
Ragotin passa l'après-dîné auprès de lui qui avait un matras sur le feu , SCARR. , Rom. com. II, 18
XIVe s.
Par alembics et descensoires, Cucurbites, distillatoires, Par pelicans et matheras, Onques tu ne l'arresteras Cestuy vif argent tant folage , Nat. à l'alch. err. 41
XVIe s.
Vous prendrez un pot de terre assez grand, dans lequel vous mettrez vostre matelas ou fiole , PARÉ , XXV, 32
Origine inconnue ; à moins qu'on n'y voie une assimilation de forme avec matras 2 : et, en effet, on trouve dans un dictionnaire anglais : Bolt, a dart ; et bolthead, a long strait-necked glas vessel, a matrass, or receiver. 1Gros trait lancé par l'arbalète.
Un carquois chargeait son échine, Garni de matras empennés, Très artistement façonnés , SCARR. , Virg. IV Inusité aujourd'hui hors l'emploi historique, quand on parle des armes du moyen âge.
2Barre de fer dont les savonniers se servent pour ouvrir ou fermer le canal de la chaudière. XIVe s.
Rommet du Bos avoit une arbaleste et quatre matelas , DU CANGE , matarus.
XVe s.
Le suppliant benda une arbaleste et tira une matrasse , DU CANGE , ib.
Provenç. matrat ; du lat. matara, mataris, materis, qui était un mot gaulois. On trouve dans le kimry medyr, celui qui lance.