MATINES

Prononciation : ma-ti-n'
Nature : s. f. pl.

1Terme de liturgie catholique. La première partie de l'office divin, qui se dit ordinairement la nuit. Matines sont sonnées.
La coutume de dire matines dès le soir vers les quatre à cinq heures pour le lendemain, est si répandue, que je ne crois pas qu'on en doive faire aucun scrupule , BOSSUET , Lett. abb. 39
Je finis hier ma journée par les matines pour le service du roi [Louis XIV mort] ; jugez de l'état où je suis , MAINTENON , Lett. à Mme de Caylus, 30 août 1716
Sans sortir de leurs lits, plus doux que leurs hermines, Ces pieux fainéants faisaient chanter matines , BOILEAU , Lutr. I Il est étourdi comme le premier coup de matines, locution prise de ce qu'au premier coup de matines on est encore à demi endormi. Le magnificat à matines, voy. MAGNIFICAT.
2Livre d'église contenant les prières du matin, et surtout l'office de la Vierge. 3Matines de Paris, le massacre de la Saint-Barthélemy, ainsi dit à cause de l'heure à laquelle il commença. Des matines bien sonnées sont à demi dites. Le retour est pire, est pis que matines, que les matines, c'est-à-dire les suites d'une mauvaise affaire sont plus fâcheuses que les commencements. Le retour vaudra bien matines, le retour vaudra pis que matines, c'est-à-dire la vengeance qu'on prendra d'une offense sera sévère. Dans un sens contraire, le retour vaudra mieux que matines. Donner du retour de matines, mettre à mal.
Tant lui donna du retour de matines.... , LA FONT. , Herm.
XIe s.
Messe et matines a li reis escouté , Ch. de Rol. X
XIIe s.
Einsi fu sainte iglise hunie et violée ; Ne matines, ne vespres, messe n'i fu chantée, Ne Deus n'i fu serviz ne chandeille allumée , Th. le mart. 153
XIIIe s.
Mi ami de l'ordene de Cystiaus sont relevé pour canter matines et pour proier pour nous , Chr. de Rains, 49
XVe s.
Lesquelz du dit colleige diront et chanteront toutes les heures canoniales, savoir est, matines, prime, tierce, midi, nonne, vespres et complies, la grand messe devotement et convenablement , Ordonn. mai 1482
Ne s'en souvient-on non plus que des vieilles matines , Aresta amorum, p. 291, dans LACURNE
XVIe s.
L'heure doncques de la nuict et des matines de ceste sanglante feste [la Saint-Barthélemy] estant venue... , BRANTÔME , l'Admiral de Chastillon.
Matin ; bourg. mattaigne ; provenç. matinas ; esp. maytines ; port. matinas.