maternite

Prononciation : ma-tèr-ni-té
Nature : s. f.

1Qualité de mère.
A-t-on jamais vu un coeur comme le vôtre, et une maternité si parfaite ? , SÉV. , 21 janv. 1689
Adieu, ma belle ; je suis persuadée que personne ne sait aimer comme vous ; je dirais : si ce n'est moi ; mais la tendresse de la maternité est si naturelle, et celle des enfants si extraordinaire, que, quand je fais ce que je dois, vous êtes un prodige , SÉV. , 12 fév. 1690
Je vous ai dit, chrétiens, que, la maternité de la Vierge n'ayant point d'exemple sur la terre, il en est de même de l'affection qu'elle a pour son fils , BOSSUET , 2e serm. Compass. de la Ste Vierge, 2
2Grande maternité, ou grand'maternité, mot forgé par Mme de Sévigné pour exprimer la qualité de grand'mère.
Pour moi, je changeai de chemise et d'habit ; et, sans vanité, je me fis d'une beauté qui effaça entièrement mes belles-filles ; l'honneur de la grande maternité fut soutenu avec dignité , SÉV. , 6 août 1680
Aimez-moi toujours, mon cher comte ; je vous quitte d'honorer ma grand'maternité , SÉV. , 10 déc. 1670
3Maternité, nom donné autrefois à des maisons où l'on recevait et allaitait les enfants trouvés. Aujourd'hui, maison destinée à recevoir les femmes pauvres enceintes, et particulièrement celles qui ont atteint leur huitième mois de grossesse, ou qui, sans l'avoir atteint, sont sur le point d'accoucher. Dérivé du lat. maternus, maternel, qui vient de mater, mère.