MASSACRE

Prononciation : ma-sa-kr'
Nature : s. m.

1Mise à mort de beaucoup de gens, et, particulièrement, de gens qui ne se défendent pas ou se défendent mal.
L'Europe fut un champ de massacre et d'horreur , BOILEAU , Sat. XI
Non, je ne serai jamais amie d'un homme qui a conseillé l'horrible massacre de Blois [le meurtre des Guise] , FÉN. , Dial. des morts mod. dial. 13
Il faudrait que chacun eût au chevet de son lit un cadre où fussent écrits en grosses lettres : croisades sanglantes contre les habitants de la Prusse et contre le Languedoc, massacres de Merindol, massacres en Allemagne et en France au sujet de la réforme ; massacres de la Saint-Barthélemy ; massacres d'Irlande ; massacres des vallées de Savoie ; massacres juridiques ; massacres de l'inquisition , VOLT. , Pol. et lég. Paix perpét. XXVI
On vit alors un massacre effroyable [à la bataille de la Moskowa], et la valeur intelligente de nos artilleurs admira le courage immobile, aveugle et résigné de leurs ennemis , SÉGUR , Hist. de Nap. VII, 10 Fig.
Que voient les gens du monde dans un bal.... mais qu'est-ce que la lumière de la foi découvre dans ces assemblées profanes ?... elle leur découvre un massacre horrible d'âmes qui s'entre-tuent les unes les autres , NICOLE , Essai mor. 3e traité, ch. III
2Grande tuerie de bêtes. Ils allèrent à la chasse et firent un grand massacre de sangliers, de chevreuils, etc. 3Fig. Action de gâter par mégarde ou autrement quelque chose de rare, de précieux.
Il faut pâmer de rire de ce que vous dites de l'air italien ; le massacre que vos chantres en font.... , SÉV. , 31 juill. 1675 Massacre d'un opéra, mauvaise exécution d'un opéra. Massacre d'une volaille, se dit d'une volaille mal découpée. Ouvrier qui travaille mal et qui gâte son ouvrage. Ne vous servez pas de cet ouvrier-là, c'est un massacre.
4Terme de vénerie. La tête du cerf, du daim, etc. séparée du corps, et mise debout sur la peau de la bête, ou sur une nappe, alors qu'on donne la curée aux chiens. On a rapporté le massacre.
Ce n'est qu'en dernier lieu et en cherchant dans les différents cabinets que nous avons trouvé dans celui de M. Dupleix un massacre surmonté de deux cornes semblables , BUFF. , Quadrup. t. V, p. 439 Sonner le massacre, appeler au son du cor les veneurs et les chiens pour faire la curée. Terme de blason. Se dit d'une tête de quelque animal lorsqu'elle est décharnée.
MASSACRE, TUERIE, CARNAGE, BOUCHERIE. Tuerie indique seulement que l'on tue sans aucune idée accessoire. Dans carnage, il y a, suivant l'étymologie, l'idée que beaucoup de chair est mise en pièces ; c'est donc la mise à mort de beaucoup d'individus ; mais carnage n'indique pas si c'est dans un combat ou dans un massacre ; c'est pourquoi on ne dit pas le carnage de la Saint-Barthélemy. Le massacre implique que les massacrés n'opposent pas de résistance ou n'en opposent qu'une insuffisante : les Vêpres siciliennes sont un massacre. Boucherie (qui est ici pris au sens figuré, tandis que les autres le sont au sens propre) donne, soit à l'idée de massacre, soit à celle de carnage, la nuance que les personnes tuées le sont d'une façon comparable à la manière dont les bouchers tuent les animaux. XIIIe s.
Portant du machacre [boucherie, à Caen] , LE HÉRICHER , Normandie scandinave, p. 96
XVIe s.
Le massacre de la St Barthelemi , D'AUBIGNÉ , Vie, XXIII
Et si on veut savoir le nom de ces deux monstres, l'un se nomme massacre, et l'autre picorée ; le premier jamais on ne l'a pu rassasier de sang, ni le second de richesses , LANOUE , 57
Es massacres qui en plusieurs lieux se commettoyent , LANOUE , 605
Du massacre et du sang , MONT. , III, 109
Voy. MASSACRER.
normand, un gigot de machacre [boucherie] , LE HÉRICHER , Normandie scandinave, p. 96 Il y a à Rouen une vieille rue encore aujourd'hui occupée par les bouchers, qui se nomme la rue Massacre.
MASSACRE. - HIST. XIIIe s. Ajoutez :
Out grant peür, quant oy dire La desverie et le martire, La cruauté et le maçacre Qu'il avoit fait du bon dyacre , GAUTIER DE COINSY , les Miracles de la sainte Vierge, p. 126, éd. abbé Poquet