MARRON

Prononciation : mâ-ron
Nature : s. m.

1Espèce de grosse châtaigne bonne à manger ; le marron est une châtaigne, c'est-à-dire une graine de châtaignier, devenue unique dans le fruit par avortement des deux autres, et ayant pris accroissement en proportion de la place qu'elle occupait toute seule dans l'involucre fructifère ; les châtaigniers où cette variété prédomine et se perpétue portent le nom de marronniers.
Tire-moi ces marrons ; si Dieu m'avait fait naître Propre à tirer marrons du feu, Certes marrons verraient beau jeu , LA FONT. , Fabl. IX, 17 Marrons de Lyon, beaux et bons marrons, ainsi dits parce que Lyon est le centre qui les reçoit des pays voisins. Fig. Tirer les marrons du feu avec la patte du chat, ou, simplement, tirer les marrons du feu, faire adroitement servir une personne d'instrument pour parvenir à des fins où il y aurait peine, inconvénient, danger.
C'est ne se point commettre à faire de l'éclat, Et tirer les marrons de la patte du chat , MOL. , Ét. III, 7
Voilà les marrons que Bertrand voit sous la cendre, et qui lui paraissent très bons à croquer ; mais il a la patte trop lourde pour les tirer délicatement , D'ALEMB. , Lett. à Voltaire, 18 janvier 1773
Fig. Il est allé rôtir les marrons, se dit de quelqu'un qui, n'ayant plus d'argent pour jouer, sort du jeu. Marrons glacés, marrons confits et couverts de caramel.
2Adjectivement. Couleur marron, couleur approchant de celle du marron.
Le cou [de la sarcelle rousse à longue queue] est d'un roux marron , BUFF. , Ois. t. XVII, p. 409 En cet emploi, il est invariable. Un habit marron, des draps marron, une étoffe marron. Substantivement.
Celui-ci a la tête, le cou, le devant du corps et les côtés du dos d'un beau marron foncé , BUFF. , Ois. t. XV, p. 45
3Marron d'Inde, fruit du marronnier d'Inde. 4Marron d'eau, le fruit de la macre. 5Il s'est dit d'une grosse boucle de cheveux ronde et nouée avec un ruban. Elle avait des marrons sur les oreilles. 6Terme d'artificier. Espèce de pétard de forme cubique. 7Pièce de cuivre de la grandeur d'un écu et numérotée, ou anneau de fer, qui sert, dans les garnisons, à marquer que les rondes se sont faites avec exactitude. 8Grumeau qui reste dans la pâte de farine, lorsqu'elle a été mal pétrie. Peloton coagulé dans une table de plomb mal fondue. Coeur non calciné d'une pierre à chaux. 9Marron de cochon, les racines du cyclame commun. Marron noir, espèce d'agaric. Marron épineux, conchifère du genre came. XVIe s.
Les sardonnes [châtaignes de Sardaigne] sont celles qu'on appelle à Lion marrons, cogneues par toute la France pour le traffique de tel fruit , O. DE SERRES , 691
Ital. marrone, marron, dont la provenance ultérieure est inconnue.