MARMITEUX, EUSE

Prononciation : mar-mi-teû, teû-z'
Nature : adj.

Terme familier et vieilli. Mal en point, mal partagé du côté de la fortune et de la santé. Substantivement. Un marmiteux. XIIIe s.
El [Papelardie] fait dehors le marmiteus, Si a le vis [visage] simple et piteus, Et semble sainte creature , la Rose, 413
Car bien sou [je sus] faire le marmite, Si que je resembloie hermite , RUTEB. , II, 75
XVe s.
Pour me tromper faictes le marmiteux , CH. D'ORL. , Rondeau.
XVIe s.
Si la fin de s'enrichir ne les tenoit en credit [les sciences], vous les verriez sans doute aussi marmiteuses qu'elles furent oncques , MONT. , I, 149
Anc. franç. marmite, papelard, hypocrite. Diez tire ce marmite-ci de marmite, vase par allusion à la marmite des pauvres ; mais marmite veut dire papelard, et non pauvre, et cette étymologie est sans apparence. Scheler est disposé à le rattacher à marmot ; mais le sens de papelardie n'est pas dans marmot. Marmite paraît composé comme chattemite, d'un mot mite qui se trouve isolé dans le vers 144 de Renart : Si l'une est chate, l'autre est mite ; et dans celui-ci : le marmite, le mite moe, DU CANGE, marmito. Mite paraît être le latin mitis, doux, combiné avec la particule bien connue mar, qui signifie mal ; de sorte que marmite signifierait mal doux, ce qui convient au papelard.