MARINIER

Prononciation : ma-ri-nié ; l'r ne se prononce et ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des ma-ri-nié-z actifs
Nature : s. m.

1Homme de mer pour la manoeuvre d'un vaisseau.
Il faut en la plaine salée Avoir lutté contre Malée.... Pour être cru bon marinier , MALH. , III, 3 Marinier de rame, homme qu'on levait, ou qui s'engageait pour ramer dans les galères du roi. Marinier de rambade, matelot servant dans une galère, et dont le poste était sur la rambade. Marinier de rang, rameur libre qui s'engageait pour un temps sur une galère. Adjectivement. Officiers mariniers, tous les bas officiers qui servent à la manoeuvre d'un vaisseau.
2Abusivement. Celui qui conduit un bâtiment sur les grandes rivières ; en ce sens il s'oppose à marin. Il y a des marins dans la Manche et des mariniers dans la Seine. XIIIe s.
Adonc commencierent li marinier à ovrir les portes des huissiers [vaisseaux] , VILLEH. , LXXI
As mariniers tantost parla, Qui l'ont mené à Duveline [Dublin] , Lai de Melion
Li maronier se sont hasté, Car molt avoient bon oré [vent] , ib.
XVe s.
Et dirent les Gascons à leurs maronniers : " Menez nous à Seville ; car là sont nos gens à siege. " Les maronniers repondirent : " Au nom de Dieu ! " , FROISS. , II, II, 120
Compagnon marinier, Grande et pleine est la mer , BASSEL. , XIII
XVIe s.
Il les rendit mariniers et gens de mer , AMYOT , Thém. 7
Le bleu, c'est jalousie, et la mer en est peinte ; Mariniers, comme amants, vivent toujours en crainte , DESPORTES , Diane, II, 23
Marin ; provenç. marinier ; cat. mariner ; esp. marinero ; port. marinhero ; ital. mariniero, mariniere. MARINIER. Ajoutez : 3Arche marinière, arche d'un pont par où passent les bateaux.
Au passage des ponts dont les arches marinières n'étaient pas assez larges , E. GRANGEZ , Voies navigables de France, p. 627