MARE

Prononciation : ma-r'
Nature : s. f.

1Petit amas d'eau dormante, naturel ou artificiel. Mener les bestiaux boire à la mare. Par extension.
Après avoir vu cette mare presque imperceptible pour eux [les deux géants de Sirius et de Saturne] qu'on nomme la Méditerranée, et cet autre petit étang qui, sous le nom de grand océan, entoure la taupinière , VOLT. , Microm. 4
Fig. et par exagération. Une mare de sang. Sur le lieu du meurtre il y avait une mare de sang.
2Auge circulaire dans laquelle les olives sont écrasées par une meule. XIIIe s.
À une mare sunt venu, Gardent de loin, si unt veü Raines [grenouilles] qui furent ensamblées , MARIE , Fable 30
XVe s.
Chascun se pare, Et veult aller à la tentare, Et semblent bouhoureaux [canards] en mare , A. CHART. , Poés. p. 665
XVIe s.
La mare est une large fosse, cavée en douce pente de tous costés, afin que le bestail y puisse descendre aisement ; elle est enfoncée au milieu, toutesfois moderément, où l'eau des sources s'assemble avec celle de la pluie , O. DE SERRES , 782
Basse-Norm. moire ; bourg. maire ; holland. maer, maar ; bas-lat. mara. D'après Diez, mara est une forme féminine du latin mare, mer, Isidore ayant, au VIe siècle, dit : Omnis congregatio aquarum, sive salsae sint, sive dulces sint, abusive maria nuncupantur. Lat. barbare mareare (voy. MARÉE).