MAQUIGNON

Prononciation : ma-ki-gnon
Nature : s. m.

1Marchand de chevaux.
Un maquignon de la ville du Mans Chez son évêque était venu conclure Certain marché de chevaux bas-normands , J. B. ROUSS. , Épigr. I, 24
Non, monsieur ; il vous les vendra en conscience. - M. Turcaret : La conscience d'un maquignon ! , LESAGE , Turcaret, III, 11 Maquignon se prenant souvent en mauvaise part, on dit maintenant marchand de chevaux.
2Par extension, homme qui, sans faire le commerce des chevaux, se mêle d'en revendre, d'en troquer, en corrigeant ou en faisant disparaître leurs défauts. 3Fig. et familièrement, maquignon, maquignonne, celui, celle qui s'intrigue pour ménager un marché de places, d'emplois, et pour faire des mariages.
Il n'y aurait pas grand mal quand tous ces maquignons de mariages-là seraient au fond de la rivière avec une bonne pierre au cou , REGNARD , Sérén. sc. 1
Il y a de ces veuves et de ces maquignonnes dans les autres pays , LESAGE , Diable boit. ch. VI, dans POUGENS
Cette courtière était une maquignonne d'affaires, qui prêtait et empruntait sur gages , VOLT. , Polit. et législ. Essai probab. en fait de justice, 1re probabilité. Maquignon d'amour, homme qui s'entremet, procure des rendez-vous, des tête-à-tête. Fig.
Maquignons de la gloire, ils en font le partage , GOMBAULD , Ép. liv. III, dans RICHELET
XVIe s.
Tu veux doncques, Socrates, dit-il, que je sois maquignon de chevaux , LA BOËTIE , 127
Il se fit maquignon de chevaux , DESPER. , Contes, XXVII
Il est vray que, pour parvenir à telles exemptions, faut captiver la benevolence de cestuy-ci ou cestuy là, tous maquignons , FROUMENTEAU , Finances, IIIe livre, p. 397
Maquignon paraît avoir le même radical (maq) que maquereau 2, et tenir au flamand maeken, trafiquer. On a dit aussi macquillon :
Aux macquillons [je donne] les chevaux de poste du mont de la Bouille de Pontaudemer avec les asnes d'Arcadie , Les estreines universelles de Tabarin, édit. des Joyeusetez, p. 5, dans FR. MICHEL, Argot