MANUMISSION

Prononciation : ma-nu-mi-ssion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Terme de droit romain. Affranchissement d'un esclave, avec les formalités établies par la loi.
Nulle puissance ne peut reprocher aux Vénitiens d'avoir acquis leur liberté par la révolte ; nulle ne peut leur dire : je vous ai affranchis, voilà le diplôme de votre manumission , VOLT. , Dict. phil. Venise Terme de droit féodal. Affranchissement des serfs ou gens de mainmorte, qui se faisait par lettres patentes du roi vérifiées à la chambre des comptes.
2Par extension, affranchissement d'une charge quelconque.
Le bienfait [du rang de prince étranger] ne donne pas la manumission de l'état de sujet , SAINT-SIMON , 279, 30
Ce fut l'époque [démence de Charles VI] de la manumission des légistes , ID. , 375, 53
XVe s.
Peu de temps après le mignon Impetra d'icelui seigneur Lettres de manumission , COQUILLART , Enquête de la simple et de la rusée.
Lat. manumissionem (voy. MANUMIS).