MANQUE

Prononciation : man-k'
Nature : s. m.

1Absence, privation.
L'homme le plus parfait a manque de cervelle , RÉGNIER , Sat. IX
Quoi ! le manque de foi vous semble pardonnable ? , CORN. , Hor. I, 3
Et dans un tel dessein le manque de bonheur Met en péril ta vie et non pas ton honneur , CORN. , Cinna, I, 3
Il n'a manque d'amour ni manque de valeur , CORN. , Andromède, III, 2
Pour ne hasarder pas en vous la majesté Au manque de respect d'un grand peuple irrité , CORN. , Nicom. V, 7
Un coup d'oeil en triomphe, et, dès que je vous voi, Il ne me souvient plus de vos manques de foi , CORN. , Pulch. V, 6
Le manque d'héritiers ébranlait sa province , CORN. , Oedipe, V, 4
Ce qui fait qu'on ne croit pas les vrais miracles, c'est le manque de charité , PASC. , Pens. XXIII, 22, éd. HAVET.
Ce n'est pas assez qu'une chose soit belle, il faut qu'elle soit propre au sujet, qu'il n'y ait rien de trop ni rien de manque , PASC. , Pens. XXIV, 87 Trouver quelque chose de manque, le trouver de moins où il devrait être.
Rien ne se trouva de manque sur l'inventaire , J. J. ROUSS. , Conf. II
Il se dit aussi des personnes.
Quand on aime fortement, c'est toujours une nouveauté de voir la personne aimée ; après un moment d'absence, on la trouve de manque dans son coeur , PASC. , Amour.
2Il se prend quelquefois pour manquement.
De quel manque, après tout, as-tu lieu de te plaindre ? En quelle occasion m'as-tu vu te contraindre ? As-tu reçu de moi ni froideurs ni mépris ? , CORN. , l'Illus. com. V, 3
3Manque de, par manque de, loc. prép. signifiant que telle ou telle chose fait défaut, est absente. Manque par lui de fournir ses titres.
Vous donc, esprits légers, qui, manque de tombeaux, Tournoyez vagabonds à l'entour de ces eaux , CORN. , Mél. IV, 6
Notre imagination nous grossit si fort le temps présent, à force d'y faire des réflexions continuelles, et amoindrit tellement l'éternité, manque d'y faire réflexion.... , PASC. , Pens. III, 6, éd. HAVET.
Manque d'avoir contemplé ces infinis, les hommes se sont portés témérairement à la recherche de la nature, comme s'ils avaient quelque proportion avec elle , PASC. , ib. I, 1
J'ai fait voir combien vous leur [aux gens de Port-Royal] aviez imputé d'hérésies, manque d'en trouver une que.... , PASC. , ib. XVIII
Si.... manque de connaissance nous faisons des fautes irréparables , BOURDAL. , Car. Pens. de la mort, 28
4Au billard, un manque-à-toucher, se dit lorsque le joueur ne touche pas la bille sur laquelle il pousse la sienne. En ce cas, manque ne prend pas la marque du pluriel, étant ici non le substantif manque, mais le verbe manquer. Dix manque-à-toucher. On dit aussi, et plus souvent aujourd'hui, manque de touche. Des manques de touche. 5Manque à gagner, occasion qu'un marchand laisse échapper de faire un profit. 6Terme d'eaux et forêts. Manque de mesure, moindre mesure. 7Terme d'équitation. Un manque, faux pas qui peut entraîner la chute du cheval. 8Dans un filet, dans un point de couture, manque se dit d'une maille, d'un point qui manque. Il y a des manques dans ce filet, dans cette tapisserie. MANQUER, MANQUEMENT. Le manque exprime l'absence, le défaut ; le manquement exprime qu'on a failli à quelque chose : ce manque de parole me mit dans l'embarras ; son manquement de parole m'irrita contre lui. XVIe s.
Là le manque de chevaux lui fit enterrer une coulevrine , D'AUB. , Hist. I, 171
Le manque de pieté , D'AUB. , ib. II, 175
Et aurés doresnavant autant occasion de vous louer d'eux, que jusques icy vous avez eu de raisons et juste sujet de vous plaindre des manques que vous avez reçus , Lettres missives de Henri IV, t. IV, p. 254, à la reine d'Anglet. 25 nov. 1594
Voy. MANQUER ; Berry, manque, s. f.
L'ancienne langue avait l'adjectif manc, manque, qui signifiait estropié, défaillant, manquant de, et même gauche, du latin mancus : Tu m'as ouvert le manque flanc , DU BELLAY , Vers lyriques, ode X
Terme militaire. L'action de manquer à l'appel. Une manque.