MANIQUE ou MANICLE

Prononciation : ma-ni-k' ou ma-ni-kl'
Nature : s. f.

1Espèce de gants dont se servent certains ouvriers pour protéger leurs doigts. Morceau de cuir dont les cordonniers se couvrent une partie de la main pour leur travail. Tirer la manique, tirer des deux côtes le double fil goudronné que les ouvriers ont enroulé autour de leurs maniques, et qui doit tenir solidement ensemble les semelles et l'empeigne. On dit, en parlant d'un savetier : il est de la manique ; c'est un homme de la manique. Populairement. Il entend la manique, se dit d'un homme adroit. 2Sorte de poignée des brosses dont se servent les cochers. 3Manche que le tondeur de drap tient à la main pour faire mouvoir les forces dont il se sert. Manche à l'aide duquel le fabricant de porcelaine enlève le couvercle des fourneaux, quand il veut lancer des morceaux de bois dans le feu. XIIIe s.
....Les manicles Qui faites sont d'or et d'ornicles , DU CANGE , manica.
XIVe s.
Sa femme Richarde ala en la ville de Caen par devers le lieutenant du vicomte du lieu pour requerir les menicles pour le amenicler , DU CANGE , manicia.
XVIe s.
Ainsi qu'un prisonnier qui jour et nuit endure Les manicles aux mains, aux pieds la chaisne dure , RONS. , 914
Deux manicles d'or couverts de rubis d'Inde, prisez ensemble cent escus , DE LABORDE , Émaux, p. 380
Lat. manicula, diminutif de manica, manche, s. f.