MAMAN

Prononciation : ma-man
Nature : s. f.

1Terme dont les enfants et ceux qui leur parlent se servent au lieu de mot mère, et qui, du langage enfantin, a passé dans le langage ordinaire, les enfants devenus grands continuant à nommer leur mère maman.
Vous êtes trop bonne et trop appliquée à votre pauvre maman : elles ne sont point accoutumées, les mamans, à ces aimables douceurs , SÉV. , 22 sept. 1687
Oh çà, madame Artus, si j'en juge à la mine, Vous êtes la maman de la jeune orpheline , DANCOURT , Mme Artus, III, 9 La maman se dit absolument, dans le langage familier, de la mère de famille.
Comment va la maman ? Adieu, mon cher hôte... ; offrez nos respects et nos voeux à la maman, et nos amitiés à M. Jeannin , J. J. ROUSS. , Lett. à du Peyrou, 12 janv. 1769
2Grand'maman ou bonne maman, grand' mère.
L'amour a peur des grand'mamans , BÉRANG. , B. maman.
Bonne maman, consolez-vous, Prenez un bâton de vieillesse , BÉRANG. , ib. Au plur. Des grand' mamans (voy. la remarque à GRAND'MÈRE).
3Belle maman, belle-mère, relativement au gendre ou à la bru, ou au beau-fils et à la belle-fille.
Qu'est-ce que vous me voulez, mon papa ? ma belle maman m'a dit que vous me demandez , MOL. , Mal. imag. II, 11 Belle maman se dit aussi quelquefois simplement pour maman.
La duchesse de la Vallière y était ; elle appelle sa fille mademoiselle, et la princesse l'appelle belle maman , SÉV. , Lett. 27 janv. 1674
4Familièrement. Une grosse maman, une femme qui a de l'embonpoint.
Cette grosse maman est de bon goût, et rarement donne-t-elle sa protection gratis , MARIVAUX , Pays. parv. 6e part.
Onomatopée du langage des enfants, laquelle se rencontre dans la plupart des langues. MAMAN. Ajoutez : - HIST. XVIe s.
N'orras tu point un enfant qui t'appelle mam-ma... ? , DE BRACH , Imitations, f° 4, recto.