MALVERSATION

Prononciation : mal-vèr-sa-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Toute espèce de désordre, de mauvaise conduite.
Vous avez ébloui vos parents et plâtré vos malversations [il s'agit d'une femme qui se conduit mal] , MOL. , G. D. III, 8
L'avocat célèbre qui avait écrit en faveur des jeunes gens coaccusés [affaire du chevalier Labarre] est le seul qui soit pleinement instruit des malversations horribles qui furent commises dans Abbeville , VOLT. , Lett. d'Étallonde, 27 déc. 1775
2Particulièrement, faute grave commise par cupidité dans l'exercice d'une charge, dans l'exécution d'un mandat.
L'avarice était sa grande passion, et l'on n'ignore pas de combien de malversations elle est l'origine , DUCLOS , Hist. Louis XI, Oeuv. t. III, p. 167
XVIe s.
Aristides fut atteint de concussion et de malversation au gouvernement de la chose publique , AMYOT , Arist. 65
Malverser.