main-levee

Prononciation : min-le-vée
Nature : s. f.

Terme de jurisprudence. Acte qui ôte l'empêchement résultant d'une saisie, d'une opposition, d'une inscription, d'une excommunication.
Le cardinal de Bouillon eut main-levée de la saisie de ses biens et de ses bénéfices , SAINT-SIMON , 87, 136
La conclusion de tout ceci fut que, loin de faire le procès à la mémoire de Boniface VIII, le roi [Philippe le Bel] consentit à recevoir la main-levée de l'excommunication portée contre lui et son royaume , VOLT. , Moeurs, 65
Sirven a été élargi, et il a eu main-levée de ses biens, malgré la bonne volonté de ses juges subalternes qui voulaient absolument le faire rouer , VOLT. , Lett. Christin. 21 déc. 1769 Main-levée administrative, celle qui résulte d'un arrêté du préfet, dans le cas où il s'agit des intérêts de l'État.
Main, levé.