MAILLER

Prononciation : mâ-llè, ll mouillées
Nature : v. a.

1Fabriquer des filets. 2Faire un treillis en losange. Espacer les échalas d'un treillage par intervalles égaux. 3Terme de marine. Mailler une bonnette, voy. LACER. 4Armer d'une cotte de mailles. Terme de vénerie. Mettre aux chiens une espèce de collier de mailles. Il faut mailler les chiens, les armer de mailles pour la chasse du sanglier. XIIe s.
Et de son fort haubert qui fu maillet menu , Roncis. 196
XVIe s.
Aiant vestu un pourpoint maillé , D'AUB. , Hist. II, 420
Maille 1. Devenir maillé, en parlant des perdreaux. Les perdreaux ont déjà maillé. Se mailler, v. réfl. Même sens. Les perdreaux se maillent. Maille 2. Battre au maillet. Matières textiles lacérées par petits bouts, maillées et réduites à l'état cotonneux.
On les maille [les cuirs], ce qui consiste à les battre avec une mailloche sur un billot de bois bien uni , Dict. des arts et mét. Tanneur
XVe s.
Et se prindrent à mailler sur luy, ainsi que font deux mareschaulx sur l'enclume, quant le fer est chault , Perceforest, t. I, f° 137
Mail. 3. MAILLER. Ajoutez :
[En Angleterre] on maille fortement les toiles pendant un grand nombre d'heures, au moyen d'un appareil particulier appelé beetles ; le glacé que la toile acquiert par cette opération ne convient pas en France, où l'on veut sentir le grain perlé de la toile , Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. V, p. 301
Cheval de valet ou de postillon qui porte une malle. Malle.