magnanimite

Prononciation : ma-gna-ni-mi-té
Nature : s. f.

1Vertu de celui qui est magnanime.
... Qui soutient avec coeur et magnanimité L'honneur de sa naissance et de sa dignité , CORN. , Mort de P. III, 1
La magnanimité est un noble effort de l'orgueil, par lequel il rend l'homme maître de lui-même pour le rendre maître de toutes choses , LA ROCHEFOUC. , Prem. pens. 90
La magnanimité est assez bien définie par son nom ; néanmoins on pourrait dire que c'est le bon sens de l'orgueil, et la voie la plus noble pour recevoir des louanges , LA ROCHEFOUC. , Max. 285
La magnanimité méprise tout, pour avoir tout , LA ROCHEFOUC. , ib. 248
On ne peut assez louer la magnanimité de cette princesse : la fortune ne pouvait rien sur elle , BOSSUET , Reine d'Anglet.
La magnanimité qui se rend justice à elle-même, qui se connaît, tient le milieu entre l'humilité et l'orgueil , DIDEROT , Opin. des anc. ph. (phil. péripatéticienne).
2Acte de magnanimité.
Henri II donna deux édits par lesquels il assura une pleine franchise à ses sujets ; les deux Bourgognes ne se ressentirent pas encore de ces magnanimités , VOLT. , t. L, p. 3, éd. BEUCHOT. Par moquerie.
Tandis qu'il se fortifiait ainsi par toutes les magnanimités d'opéra qui lui venaient en tête , HAMILTON , Contes, Hist. de Fleur d'épine.
3Vinaigre de magnanimité, voy. VINAIGRE. XIIIe s.
De magnanimité ; ceste parole vaut autant à dire comme grant corage ou hardement ou proesce ; car ele nos fait, par nostre gré, envaïr raisonablement les grans choses , BRUN. LATINI , Trésor, p. 388
XIVe s.
Magnanimité est en grans choses et vers grans choses, et ce appert assez par le nom d'elle , ORESME , Eth. 128
Provenç. magnanimitat ; espagn. magnanimidad ; ital. magnanimità ; du lat. magnanimitatem, de magnanimus, magnanime. MAGNANIMITÉ. - HIST. Ajoutez : XVIe s.
Et [Marie de Bourgogne] ha esté de son temps une dame de grand sens et excedant en magnanimité et prudence la capacité qui ordinairement tombe en l'esprit de tel sexe , PARADIN , Chron. de Savoye, p. 365