MAGISTRAT

Prononciation : ma-ji-stra ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des ma-ji-stra-z intègres
Nature : s. m.

1Officier civil qui rend la justice ou maintient la police ou administre un territoire. Un maire, un conseiller municipal sont quelquefois qualifiés de magistrats.
D'un magistrat ignorant C'est la robe qu'on salue , LA FONT. , Fabl. V, 14
Ce magistrat dont la vieillesse vénérable impose le respect à tout un peuple , PASC. , Pens. III, 3
Nos magistrats ont bien connu ce mystère : leurs robes rouges, leurs hermines, dont ils s'emmaillotent en chats fourrés, les palais où ils jugent, les fleurs de lis, tout cet appareil auguste était fort nécessaire , PASC. , ib.
Sous ces yeux redoutables [de Dieu], notre sage magistrat écoutait également le riche et le pauvre, d'autant plus pur et d'autant plus ferme dans l'administration de la justice que, sans porter ses regards sur les hautes places dont tout le monde le jugeait digne, il mettait son élévation comme son étude à se rendre parfait dans son état , BOSSUET , le Tellier.
S'il fallait, sans amis, briguant une audience, D'un magistrat glacé soutenir la présence.... , BOILEAU , Lutr. III
Le peuple au champ de Mars nomme ses magistrats , RAC. , Brit. I, 2
Les préjugés des magistrats ont commencé par être les préjugés de la nation , MONTESQ. , Préf. de l'Esprit des lois.
Un paysan du pays allemand, dans le canton de Berne, est persuadé, sans orgueil, que les magistrats ne sont que ses gens d'affaires , CONDIL. , Étud. hist. II, 2
Les magistrats, dans quelque circonstance et pour quelque grand intérêt de corps que ce puisse être, ne doivent jamais être que magistrats, sans parti et sans passions comme les lois, qui absolvent et punissent sans aimer ni haïr , D'ALEMB. , Éloges, Montesquieu. Sous l'ancienne monarchie les charges de magistrats étaient vénales.
L'argent seul au palais peut faire un magistrat , BOILEAU , Épître V
Vos jeunes magistrats, qui achètent une charge de juge dès qu'ils savent monter à cheval, doivent étaler dans les tribunaux tout ce que l'impertinence a de plus ridicule , VOLT. , Babouc.
2Magistrat de sûreté, nom donné à des fonctionnaires chargés de la poursuite des délits ; ils sont remplacés par les procureurs impériaux. 3Absolument et collectivement. Dans quelques villes, le corps des officiers municipaux (ce sens est latin). Le magistrat fit une proclamation.
Le comte de Steinbock, un des généraux suédois, assembla le magistrat de la part du roi, demanda le passage pour les troupes et quelques munitions , VOLT. , Charles XII, 2 Il se dit aussi, dans un sens analogue mais plus étendu, de l'ensemble des hauts fonctionnaires civils.
Plus le magistrat est nombreux, plus la volonté du corps se rapproche de la volonté générale , J. J. ROUSS. , Contr. III, 2
4Magistrats du Pô, du Rhin, commissions chargées de la conservation des rives de ces fleuves. XIVe s.
Sachez que touz offices publiques estoient appellez magistraz en general , BERCHEURE , f° 2, verso.
XVIe s.
Solon voulut que les offices et magistrats demourassent entre les mains des riches citoyens , AMYOT , Solon, 30
Il voulut que le peuple seul eust l'authorité d'élire tous les officiers et magistrats publiques , AMYOT , Publ. et Sol. 2
Ayant eu à dire qu'il avoit exercé certain honorable magistrat [magistrature] à Rome , MONT. , IV, 62
Provenç. magistrat ; espagn. magistrado ; ital. magistrato ; du lat. magistratus, de magister, maître (voy. MAÎTRE). Le plus ancien sens de magistratus est magistrature ; d'où le sens collectif que l'on trouve encore en français.