MADEMOISELLE

Prononciation : ma-de-moi-zè-l'
Nature : s. f.

1Autrefois, titre qu'on donnait à toute femme mariée qui n'était pas noble, ou qui, étant noble, n'était pas titrée (voy. MADAME).
Mademoiselle de la Rappinière vint la dernière, et fut bien étonnée, aussi bien que les autres, de trouver son mari tout furieux, luttant contre une chèvre , SCARR. , Rom. com. I, 4
Monsieur, je vous assure que vous m'obligerez beaucoup de me tenir quelquefois compagnie ; mon mari est trop mal bâti.... - Mademoiselle, vous me faites trop d'honneur de me vouloir souffrir , MOL. , Jal. du Barbouillé, 3
2Aujourd'hui, titre qu'on donne ordinairement aux filles. J'ai vu hier mademoiselle votre soeur.
On va voir, comme l'opéra, les habits de mademoiselle de Louvois , SÉV. , 385
Frère Thiriot doit être fort aise de la fortune de mademoiselle Corneille ; elle la mérite ; savez-vous bien que cette enfant a nourri longtemps son père et sa mère du travail de ses petites mains ? , VOLT. , Lett. Damilaville, 24 janv. 1763 Au plur. Mesdemoiselles.
Mesdemoiselles de Grignan ont eu grande raison de trouver le château de leurs pères très beau , SÉV. , 379
Je voudrais à présent marier mesdemoiselles Calas à deux conseillers au parlement de Toulouse , VOLT. , Lett. Damilaville, 24 janv. 1763
3Mademoiselle s'emploie par politesse en parlant à une demoiselle. Mademoiselle veut-elle danser le prochain quadrille ? 4Un domestique, en parlant des filles de la maison, dit mademoiselle. Je cherche mademoiselle ; sa mère la demande. Il dit aussi mademoiselle en s'adressant à elle. Mademoiselle veut-elle que je porte sa lettre à la poste ? 5Bien que mademoiselle ne comporte pas d'article, puisqu'il est composé de demoiselle et de l'adjectif possessif ma, néanmoins, comme madame, il peut prendre quelquefois un article.
Il y avait [à Rennes] une mademoiselle Descartes, propre nièce de votre père [Descartes], qui a de l'esprit comme lui ; elle fait très bien des vers , SÉV. , 383
6Mademoiselle, nom donné à la fille de Monsieur, frère du roi.
Il [M. de Lauzun] épouse dimanche au Louvre, avec la permission du roi, mademoiselle de.... mademoiselle devinez le nom, il épouse Mademoiselle.... la grande Mademoiselle, Mademoiselle fille de feu Monsieur, Mademoiselle petit-fille de Henri IV, Mademoiselle d'Eu, Mademoiselle de Dombes, Mademoiselle de Montpensier, Mademoiselle d'Orléans, Mademoiselle cousine germaine du roi, Mademoiselle destinée au trône, Mademoiselle le seul parti de France qui fût digne de Monsieur , SÉV. , 9
7Mademoiselle, employé absolument, désignait aussi la première princesse du sang, tant qu'elle était fille. 1. Mademoiselle s'écrit, avec une majuscule, en abrégé Mlle. 2. Populairement, mademoiselle se contracte en mam'zelle. 3. Le titre de mademoiselle a été longtemps donné aux femmes mariées qui n'étaient pas nobles. Mais ce qui est singulier, c'est que, dans les Lettres inédites de Jean Racine, publiées en 1862 par son descendant, l'abbé de Laroque, le grand poëte, écrivant à sa soeur, donne pour suscription aux lettres qu'il lui adresse avant qu'elle soit mariée : à madame, madame Marie Racine ; et après son mariage : à mademoiselle, mademoiselle Marie Rivière, p. 259-274, et 275-308. XVIe s.
Ma demoiselle ma femme et moy [dit un gentilhomme] , DESPERIERS , Contes, t. II, p. 77, dans LACURNE
Mademoiselle vostre mere , PASQUIER , Lett. t. II, p. 154
À mademoiselle de Montaigne, ma femme , MONT. , Lett. 3
Ma, et demoiselle.