macerer

Prononciation : ma-sé-ré. La syllabe cé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je macère ; exc
Nature : v. a.

1Terme de pharmacie. Soumettre à une macération. Macérer une plante dans du vin, dans de l'alcool. Par extension.
Lorsque l'animal [le chameau] est pressé par la soif et qu'il a besoin de délayer les nourritures sèches et de les macérer par la rumination.... , BUFF. , Quadrup. t. V, p. 24
2Fig. Affliger son corps par diverses austérités.
Je ne vous dis pas, chrétiens, que vous abandonniez vos richesses, ni que vous macériez vos corps par de longues mortifications , BOSSUET , Panég. Ste Thér. 3
3Se macérer, v. réfl. Être macéré. Cela se macère dans l'eau. Fig. Se mortifier.
On sut qu'il [l'évêque d'Orléans] se macérait habituellement par des instruments de pénitence , SAINT-SIMON , 155, 21
Ils vivent dans la solitude, ils contemplent, ils se macèrent , DIDER. , Opin. des anc. phil. (Malabares).
XVIe s.
L'on remettra avec le marc du bois ja cuit autant d'eau, sans le laisser plus tremper, parce qu'il est assez maceré , PARÉ , XVI, 8
Provenç. macerar, mazerar ; espagn. macerar ; ital. macerare ; du lat. Macerare , qui a le 1er a long, tandis que macer, maigre, l'a bref. Curtius le rapproche du grec, pétrir, dans lequel est un radical ; il en rapproche le grec, bouillie (voy. MACARON), (voy. MÂCHER), et maxilla, mâchoire (mak-silla).