metropole

Prononciation : mé-tro-po-l'
Nature : s. f.

1Autrefois, capitale, ville principale d'une province.
Ils privèrent la ville [Antioche] du titre de métropole de la Syrie et de l'Orient et le donnèrent à Laodicée , FLÉCH. , Hist. de Théodose, III, 80
On sait parfaitement qu'une ville peut avoir été à la fois métropole, ensuite colonie, puis être redevenue métropole ; les empereurs accordaient ces faveurs à quelques villes, et les en privaient au moindre mécontentement , TÔCHON D'ANNECI , Instit. Mém. inscr. et bell. lett. t. VI, p. 540
2Aujourd'hui, ville avec siége archiépiscopal.
Les métropoles civiles ont été les métropoles ecclésiastiques, excepté en Afrique, où l'évêque le plus ancien de chaque province en devenait le métropolitain , DUMARSAIS , Lib. égl. gall. part. 2e, max. 14 Adjectivement. Église métropole, église métropolitaine ou archiépiscopale.
3Il se dit quelquefois pour capitale d'un État.
Les métropoles des empires sont les foyers de l'esprit national, c'est-à-dire les endroits où il se montre avec le plus d'énergie dans le discours, et où il est le plus dédaigné dans les actions , RAYNAL , Hist. phil. IX, 1
4État considéré relativement aux colonies qu'il a fondées et qu'il possède.
On a établi que la métropole seule pourrait négocier dans la colonie , MONTESQ. , Esp. XXI, 21
XIVe s.
Que chascune eglise metropole, c'est à dire archeveschié , Chr. de St-Denis, t. I, f° 159, dans LACURNE
Termes grecs, l'un est dérivé du mot signifiant mère, et l'autre se traduit par ville.