meteorologie

Prononciation : mé-té-o-ro-lo-jie
Nature : s. f.

Partie de la physique qui traite des météores ou phénomènes atmosphériques, et, plus généralement, des conditions de climat à la surface du globe. De l'histoire, prise par les sens, des vents, des pluies, grêles, tonnerres, la réflexion a passé à la recherche de leurs origines, causes, effets, etc.
et a produit la science qu'on appelle météorologie , D'ALEMB. , Explic. syst. conn. hum. Oeuv. t. I, p. 340, dans POUGENS.
Si la météorologie touche à une révolution, si elle devient ce qu'elle doit être, une des branches à la fois les plus utiles et les plus curieuses des sciences physiques, on n'oubliera pas sans doute que M. Duhamel s'en occupa constamment , CONDORCET , Duhamel.
En faisant sur une cime élevée un séjour assez long pour déterminer la marche parallèle des différents instruments de la météorologie, du baromètre, du thermomètre, de l'hygromètre, de l'électromètre... , SAUSSURE , Voy. Alpes, t. VII, p. 356, dans POUGENS
La météorologie est la science du temps ; elle a pour base l'observation patiente et continue des mouvements de l'air, des variations dans la température, des changements dans l'aspect du ciel, en un mot, de tous les phénomènes ou météores nés dans le sein de l'atmosphère , MARIÉ-DAVY , Météorol. La météorologie internationale, communications que se font les observatoires des différentes nations au sujet des variations et des prévisions du temps.
Rien de grand, rien de définitif [dans les précautions à prendre contre les tempêtes] ne put s'accomplir avant que l'idée de la météorologie internationale fût adoptée par le congrès des États-Unis d'Amérique , FONVIELLE , Presse scientifique, 16 juin 1863, p. 748
En grec (voy. MÉTÉORE), et, doctrine. MÉTÉOROLOGIE. Ajoutez : - HIST. XVIe s.
La meteorologie de Garceus suppleera ce que vous pourriez ici souhaitter , CHOLIÈRES , Contes, t. II, 8e apres-disnée.