mesaise

Prononciation : mé-zê-z'
Nature : s. m.

1Diminution de l'aisance.
La raison est que tout ce qu'on en tire [des sujets] au-delà [de ce qui est nécessaire à l'État] les jette dans un mésaise qui les appauvrit d'autant , VAUBAN , Dîme, p. 228
Parce qu'on vit dans le mésaise et la nécessité , LE P. SIMON MARS , Myst. du roy. de Dieu, p. 94, dans POUGENS.
2Diminution de l'aise.
Ce dissolvant qui picote l'estomac lui prépare par ce mésaise un plaisir très vif , FÉNEL. , Exist. 35
Mme la duchesse, la reine des plaisirs, chez qui Monseigneur s'était réfugié, chassé par le mésaise [de chez Mme la princesse de Conti] , SAINT-SIMON , 177, 105
Le désir est une espèce de mésaise que le goût du bien met en nous , VAUVENARGUES. , Esprit humain, 40
3Cachot étroit et bas où l'on ne peut se tenir debout ou couché qu'à grande peine.
Au-dessous il y a des cachots noirs, étroits et incommodes, comme ceux que les geôliers des prisons ordinaires appellent mésaises , FURETIÈRE , Factums, t. II, p. 309
MÉSAISE, MALAISE. Ces deux mots ne diffèrent que par les préfixes, qui, bien que d'origine distincte, ont pris le même sens. Seulement mésaise est de plus ancienne formation et beaucoup moins usité. XIIIe s.
A-il mesaise au monde qu'à la moie [à la mienne] compere [soit égale] ? , Berte, XVIII
Car ma mesaise avez en grant joie muée , ib. CXXVI
Quant li rois Guis le sot, si fu à mesaise de cuer et fist escrire les lettres.... , Chr. de Rains, 24
Vous savez que le sage dit que mesaise que l'homme ait ou cuer, ne li doit parer [paraître] ou visage , JOINV. , 281
XVIe s.
Celuy qui pour sa fin establiroit nostre peine et mesaise , MONT. , I, 69
Retraicte fameuse des difficultez et mesayses qu'ils [les dix mille] eurent à surmonter , MONT. , I, 261
Mes.... préfixe, et aise.