menestrel

Prononciation : mé-nè-strèl
Nature : s. m.

Nom, dans l'âge féodal, des poëtes et musiciens qui allaient de châteaux en châteaux, chantant des vers et récitant des fabliaux.
Il y avait le ménestrel poëte et improvisateur, puis le ménestrel chantant, enfin le ménestrel joueur d'instrument ; il y avait les grands et les petits ménestrels, comme nous eûmes plus tard les grands et petits violons ; enfin, si je citais les instruments de musique, je parlerais d'un ménestrel de vielle, d'un ménestrel de harpe en 1360.... , DE LABORDE , Émaux, p. 386
XIIe s.
Li reis Salomun tramist ses messages al rei Yram, e preiad que un menestrel [ouvrier] bon li enveiast ki en seust e maistres fust de orfaverie , Rois, p. 252
XIIIe s.
Menestrel [musiciens] s'apareillent pour faire leur mestier , Berte, X
Avint il [Richard] avoit longuement tenu un menestrel, qui nés estoit devers Artois, et avoit nom Blondiaus , Chr. de Rains, p. 53
XIVe s.
Sachent tuit que Philippe Lespieur eust fait semondre en cause de heritage Guillaume Guiart, menesterel de bouche [joueur d'instruments], Bibl. de l'Éc. des chartes, 2e série, t. III, p. 13. Comme du jugleur, et de l'ymagier, et de chascun menesterel en son artifice , ORESME , Eth. IX, 15
XVe s.
Le diner fut grand et bel, et bien estoffé de toutes choses ; et y ot là grand foison de menestrieux qui firent leur mestier , FROISS. , II, III, 41
À Gracieuse Alegre, menesterelle du pays d'Espagne, pour sa pension , DE LABORDE , Émaux, p. 386
Thème fictif, ministrellus pour menestrel, ou ministerellus pour menestereus, dimin. du lat. minister (voy. MINISTRE) ; provenç. menestral, artisan.