mediocrement

Prononciation : mé-di-o-kre-man
Nature : adv.

1D'une façon médiocre.
Un roi médiocrement savant , PASC. , dans COUSIN
Qu'Orosmane immole Zaïre à sa jalousie ; une femme sensible y voit sans effroi le transport de la passion ; car c'est un moindre malheur de périr par la main de son amant, que d'en être médiocrement aimée , J. J. ROUSS. , Lett. à d'Alemb.
2Il se dit pour peu.
Qu'ils avaient affaire à un homme [Richelieu] qui ne voulait pas médiocrement ce qu'il voulait, et qui n'avait pas accoutumé de trouver de la résistance, ou de la souffrir impunément , PELLISSON , Hist. de l'Acad. I
Nous revenions médiocrement couverts de lauriers , HAMILT. , Gramm. 8 Dans le langage familier. Assez médiocrement, très peu.
Le chevalier : Vous connaissez sa soeur, elle est riche, très aimable, et de vos amies, même. - La marquise : Assez médiocrement , MARIVAUX , Sec. supr. de l'am. III, 8
Faut-il dire : Il a médiocrement de l'argent, ou d'argent ? La première tournure est certainement la meilleure ; elle est suivie dans cette phrase-ci : Les gens qui ont médiocrement de l'esprit, ou l'esprit médiocrement cultivé, ont un langage qui.... FONTEN. Mais on peut dire aussi, du moins l'usage le permet : Il a médiocrement d'esprit (voy. INFINIMENT). XVIe s.
Je suis de ceulx qui ne s'effroyent que mediocrement de telles choses , MONT. , II, 366 Un grain d'orge bien nourri et mediocrement gros, PARÉ, XXV, 21
Médiocre, et le suffixe ment.