mecroire

Prononciation : mé-kroi-r' ; il se conjugue comme croire
Nature : v. n.

Refuser de croire.
On en pourra gloser, on en pourra mécroire , LA FONT. , Fiancée. Il est dangereux de croire et de mécroire. Activement.
Mais il ne faut telles choses mécroire , LA FONT. , Aveux.
Et partant ne veux pas Mécroire en rien la vérité du cas , VOLT. , Antigit.
XIIIe s.
Ançois m'estuet [il me faut], se voeil [si je veux] à droit jugier, Croire et mescroire et ses fais et ses dis , MÄTZNER , p. 34
Si que, s'il a aucun lai [laïque] qui mescroie en le [la] foy.... , BEAUMANOIR , XI, 2
Or nous ledenge, or nous mesame Jalousie qui nous mescroit , la Rose, 3663
XVIe s.
Tant de constances esmerveillables parurent, que les spectateurs mescroient leurs yeux d'avoir veu, et les escrivains d'avoir fidellement rapporté , D'AUB. , Hist. I, 71
Le voulant rendre suspect, afin que, si le petit roy venoit à. deceder, on le mescreust de l'avoir secrettement fait mourir , AMYOT , Lyc. 3
Quand je me plains du defaut de ma memoire, ils me reprennent et me mescroyent , MONT. , I, 33
Mes... préfixe, et croire ; Berry, mécreire ; provenç. mescreire.