mechamment

Prononciation : mé-cha-man
Nature : adv.

Avec méchanceté.
Combien les lunettes nous ont-elles découvert d'êtres qui n'étaient point pour nos philosophes d'auparavant ! on entreprenait méchamment l'Écriture sainte sur le grand nombre des étoiles, en disant : il n'y en a que mille vingt-deux, nous le savons , PASC. , Pens. XXIV, 36, éd. HAVET.
Lors le richard, en larmoyant lui dit : Je pleure, hélas ! pour ce pauvre Holopherne, Si méchamment mis à mort par Judith , RAC. , Épigr. 6
Mais pour un lourd frelon, méchamment imbécile, Qui vit du mal qu'il fait et nuit sans être utile, On écrase à plaisir cet insecte orgueilleux , VOLT. , Disc. 3
XIVe s.
Et nul ne diroit que celi fust beneuré qui auroit en vie eu et usé de tant de bonnes fortunes et fineroit sa vie ainsi mescheament et miserablement , ORESME , Eth. 22
XVe s.
Et pour ce que rien n'en fut fait, perdirent-ils mechamment [malheureusement] leur ville , FROISS. , I, I, 199
XVIe s.
Il commença à devenir mechantement fin , DESPER. , Contes, XXX
Pour moy, je sçais bien dire : il faict meschamment cela, et vertueusement cecy , MONT. , IV, 160
Méchant, et le suffixe ment ; Berry, méchantement. Meschant, étant le participe présent de meschoir et n'ayant qu'une terminaison pour le masculin et le féminin, a donné régulièrement meschant-ment ; puis, quand ces adjectifs commencèrent à prendre l'e muet au féminin, on forma meschantement, qui n'a pas duré.