LUTRIN

Prononciation : lu-trin
Nature : s. m.

1Pupitre d'église où l'on place les livres de chant. Chanter au lutrin.
Je chante les combats, et ce prélat terrible Qui.... Fit placer à la fin un lutrin dans le choeur , BOILEAU , Lutr. I
2Collectivement, ceux qui chantent au lutrin. C'est lui qui dirige le lutrin, qui donne le ton au lutrin. XIIe s.
Devant l'autel s'agenoilla, Sor un lectrum ses ganz jeta , DU CANGE , lectrum.
XIIIe s.
Henris, li bons dus de Venise, qui moult estoit sages et vaillans, monta au letrin et parla au pueple , VILLEH. , XVII
XVe s.
Deux pauvres clercs parlans latin, Paisibles enfans sans escry, Humbles, bien chantans au lectry , VILLON , Petit testament.
XVIe s.
Guillot Fagotin, marguillier de Gentilly, bon vigneron, qui chante bien au lettrin, et sçait tout son office par coeur , Sat. Mén. 94
Perrin Dandin, homme honnorable, bien chantant on letrain , RAB. , Pant. III, 41
Pierrot vient cependant vis à vis du lettrin, Et, chantant hautement, le reste met en trin , CL. GAUCHET , le Plaisir des champs, p. 44
La forme ancienne est letrin, bas-latin lectrinum, de lectrum, pupitre dans Isidore, qui vient d'un terme grec signifiant proprement lit (voy. LIT).