LUTINER

Prononciation : lu-ti-né
Nature : v. a.

1Tourmenter en qualité de lutin.
Bon, à me lutiner l'esprit s'est diverti , HAUTEROCHE , Espr. foll. III, 9
L'âme, depuis ce temps, ne parla plus ; mais elle lutina tout le monde dans le couvent et dans l'église , VOLT. , Dict. phil. Vision. Tourmenter comme ferait un lutin. Lutiner une femme.
Dans la même chambre où il travaillait aux problèmes les plus embarrassants, on jouait du clavecin, son fils courait et le lutinait, et les problèmes ne laissaient pas de se résoudre , FONTEN. , Montmort.
Fig.
J'ai été et je suis encore lutiné par les embarras que me donne ma pauvre province , VOLT. , Lett. d'Argental, 4 déc. 1776
En vain l'amour qui me lutine Pour m'arrêter tente un effort , BÉRANG. , Mort subite.
2V. n. Faire le lutin. Il n'a fait que tempêter, que lutiner toute la nuit. Lutin.