LUSTRAL, ALE

Prononciation : lu-stral, stra-l'
Nature : adj.

1Terme d'antiquité. Eau lustrale, eau dont on arrosait le peuple pour le purifier.
Le feu sacré, l'encens, L'eau lustrale, les dons offerts aux dieux puissants, Tout sera présenté par vos mains respectables , VOLT. , Olymp. II, 2 Par extension. L'eau lustrale, le baptême.
Le solitaire du rocher verse l'eau lustrale sur la tête du néophyte , CHATEAUBR. , Génie, I, I, 6
Jour lustral, jour où, chez les païens, un enfant nouveau-né recevait son nom, et où se faisait la cérémonie de sa lustration.
2Qui concerne l'époque du lustre. Jeux lustraux. Or lustral ou contribution lustrale, impôt sur les artisans qui se payait à l'époque du lustre.
On lui impute [à Constantin].... d'avoir mis le premier l'impôt du chrysargyre ou de l'or lustral, qu'on exigeait tous les cinq ans , LAMOTHE LE VAYER , Vertu des païens, II, Julien.
XVIe s.
Ilz jettent sur les testes des auditeurs une eau lustralle meslée de sang, laict et fumier , D'AUB. , Hist. I, 43
Lat. lustralis, de lustrare. purifier (voy. LUSTRE).