LUMIGNON

Prononciation : lu-mi-gnon
Nature : s. m.

1Bout de la mèche d'une bougie, d'une chandelle ou d'une lampe allumée. 2Ce qui reste d'un bout de bougie ou de chandelle qui achève de brûler. Voilà une bougie qui va finir, il ne reste plus qu'un petit lumignon. Fig.
Si le petit lumignon de raison que vous contribuez à ranimer dans la nation ne vient pas bientôt à s'éteindre , VOLT. , Lett. Marmontel, 28 janv. 1764
XIIIe s.
Car il i [à la chandelle] doit par raison Avoir cire et lemignon, Et ou [au] chief met on le fu [feu], Et lors a vertu De faire l'autrui servise , Hist. litt. de la France, t. XXIII, p. 823
XIVe s.
Qui veut faire chandelle, l'en doit avant faire secher ou feu tres bien le limignon , Ménagier, II, 5
XVIe s.
Tout ainsi que la flamme d'une lampe consomme premierement l'huile, en après la propre humidité du lumignon, et enfin le corps du lumignon mesme , PARÉ , XX, 35
De chacun cent pesant de mesche ou lumignon et de coton, filé ou à filer, quatre deniers parisis , Déclar. 20 sept. 1527
Pic. lumion, lemion, lumichon ; Berry, luminon, bougie de résine que les gens de la campagne fixent à la cheminée ; du lat. fictif luminonem, dérivé de lumen, luminis, lumière. LUMIGNON. - ÉTYM. Ajoutez : M. Cornu (Romania, juill.-oct. 1875, p. 460) conteste que lumignon vienne de lumen, s'appuyant sur ce que la forme la plus ancienne est limignon, lemignon. " Il est, dit-il, d'après le génie de la langue française et en considération du sens premier, mèche, plus rationnel d'admettre le passage de limignon ou lemignon à lumignon que l'inverse ; comparez les formes femier = fumier (fimus), premier = prumier (primus), femelle = fumelle, chalemel = chalumeau, alemelle = alumelle. Je cherche donc un type latin justifiant le thème lim (d'où lem) ou lium (car j'ai recontré aussi la forme liumignon, Livre des métiers, dialogues français-flamands). Or je le trouve dans le bas-latin licmus ou licmen, signifiant mèche, d'où s'expliquent correctement à la fois les formes dérivées limignon, lemignon et liumignon (comp. teg'la, tiule). La forme moderne peut avoir été déterminée, sans parler de l'influence du mot lumen, la mèche étant destinée à être allumée, soit par la tendance déjà indiquée à transformer i ou e atone devant m en u, soit par un intermédiaire luimignon qui se rapporterait à liumignon comme tuile à tiule. " M. Cornu note que le bas-lat. licmus, licmen représente le lat. ellychnium, du grec en, dans, et, lampe.