LUIRE

Prononciation : lui-r'
Nature : v. n.

1Répandre de la lumière.
Enfin ce jour pompeux, cet heureux jour nous luit , CORN. , Rodog. I, 1
La lune, alors luisant, semblait contre le sire, Vouloir favoriser la dindonnière gent , LA FONT. , Fabl. XII, 18
Hé quoi ! lorsque le jour ne commence qu'à luire.... , RAC. , Esth. II, 1
Quand le Seigneur.... Fit luire aux yeux mortels un rayon de sa gloire , RAC. , Athal. I, 4
On voit luire des feux parmi des étendards , RAC. , ib. IV, 5
À peine le soleil y peut faire luire ses rayons , FÉN. , Tél. II
Où suis-je ? quelle nuit Couvre d'un voile affreux la clarté qui nous luit ? , VOLT. , Oedipe, V, 4
Son front luit, étoilé de mille diamants , GILBERT , le XVIIIe siècle.
Le jour ne luit que tard dans leur appartement [de certaines dames] ; Souvent le soir arrive et les surprend couchées , BOISSY , Impatient, I, 1
Ce soleil qui nous luit, le monde entier l'appelle Roi des astres nombreux dont l'olympe étincelle, Le chef-d'oeuvre du Tout-Puissant , GILB. , Au prince de Salm-Salm.
Au défaut du soleil, la foudre ici me luit , ARNAULT , Marius à Mint. II, 1
Tu verras, si demain le cercueil me dévore, Un soleil aussi beau luire à ton désespoir , V. HUGO , Odes, V, 8 Fig.
Si pour vivre chrétiennement il faut quitter sa famille et la société du genre humain.... ce n'est pas le dessein du Fils de Dieu ; au contraire, il commande aux siens de luire devant les hommes , BOSSUET , Panég. St Franç. de Sales, I
2Par extension, réfléchir la lumière, en parlant de corps polis.
Hé ! si l'impie Aman dans sa main homicide Faisant luire à vos yeux un glaive menaçant.... , RAC. , Esth. II, 9
3Fig. Briller d'un éclat que l'on compare à la lumière.
Je vous crois, mais souvent l'amour brûle sans luire ; Dans un profond secret il aime à se conduire , CORN. , Théod. II, 4
N'a-t-il pas dit [Jésus] qu'il la mettait [son Église] sur une montagne, afin qu'elle fût vue de tout le monde ? n'a-t-il pas dit qu'il la posait sur le chandelier, afin qu'elle luisît à tout l'univers ? , BOSSUET , Élévat. sur myst. XVIII, 16
Et dès qu'un mot plaisant vient luire à mon esprit, Je n'ai pas de repos qu'il ne soit en écrit , BOILEAU , Sat. VII
Ne peut-il pas faire luire sa lumière dans les ténèbres ? , MASS. , Carême, F. conf.
Si de quelque espérance un rayon peut nous luire , VOLT. , Triumv. II, 2
La vraie philosophie ne commença à luire aux hommes que sur la fin du seizième siècle , VOLT. , Moeurs, 121
Belle Octavie ! À tes fêtes splendides, Dis-nous, la joie a-t-elle jamais lui ? , BÉRANG. , Octavie. Un nouveau jour nous luit, c'est-à-dire notre destin change. Le soleil luit pour tout le monde, il est des avantages dont chacun a le droit de jouir.
XIe s.
Claire est la nuit et la lune luisante , Ch. de Rol. CLXXX
XIIe s.
Li solaus luist, si fu et bel et cler , Roncisv. 44
Li cons [le comte] le fiert sur son haume luisant , ib. 77
Et son col blanc, son chef blond et luisant , Couci, V
Emmei la malvaise et perverse genz, entre cui vos luisiez si com lumieres el munde , Job, p. 441
XIIIe s.
Après l'aube aparant luisoit la lune claire , Berte, XVIII
N'est pas tout or quanqu'on voit luire , RUTEB. , 79
Il estoit nuict à icele hore, Et les estoiles cler paroient, Et en l'eve del puis luisoient , Ren. 6874
...Renart le remple, et cil boit à moult grant joie et à grant feste ; Li oil [les yeux] li luisent en la teste Autresi com un vif charbon , ib. 3186
Dieux estendi feu qui luisist à eus par nuit , Psautier, f° 128
XIVe s.
Quant le soleil luist et encontre un drap vert, ou par une verriere verte, les choses opposites semblent estre vertes , ORESME , Eth. 23
XVIe s.
L'ame qui loge la philosophie doibt faire luire jusques au dehors son repos et son aise , MONT. , I, 175
Ce qu'on donne luit, ce qu'on mange puit [pue] , COTGRAVE ,
Alors ces heureux noms, sans elite et sans choix, Luiront dans mes escrits plus que les noms des rois , D'AUBIGNÉ , Tragiques, Feux.
Wallon, lûre ; provenc. luzer, luzir ; cat. lluir ; esp. lucir ; ital. lucere ; du lat. Lucere ( 1er e long), (voy. LUEUR). La forme luire suppose que l'e avait été abrégé par une fausse prononciation et était devenu lucere ( 1er e bref). On trouve aussi luisir, qui est la forme correcte.