LUBRIQUE

Prononciation : lu-bri-k'
Nature : adj.

Qui a de la lubricité. Un homme lubrique. Il se dit aussi des choses.
Hercule, qui nous voit écarter de la rive, Reconnaît à l'instant son lubrique dessein , ROTROU , Herc. mour. II, 2
Et tous ces lieux communs de morale lubrique Que Lulli réchauffa des feux de sa musique , BOILEAU , Sat. X
Lorsque nous vous exhortons à fuir les plaisirs douteux, les spectacles lubriques, les assemblées de péché , MASS. , Carême, Fausse confess.
XVe s.
Vous povez bien congnoistre et voil à sa façon dyabolique, Que vaudoise est [Jeanne d'Arc], je la congnois, Desloyalle, faulce, lubrique , Mistere d'Orleans, p. 485
XVIe s.
Faut prendre premierement viandes faciles à cuire, ou lubriques [glissantes].... puis les viandes de difficile digestion ou astringentes , PARÉ , Introd. 14
Ce plaisir lubrique , PARÉ , XVIII, 1
Provenç. lubric ; espagn. et ital. lubrico ; du lat. lubricus, proprement glissant, et, par suite, lubrique, qui glisse facilement vers les plaisirs des sens. Lubricus paraît avoir même radical que lutum, boue, et il-luv-ies.