lubricite

Prononciation : lu-bri-si-té
Nature : s. f.

Lasciveté excessive.
Qu'on jette les yeux sur ce qui s'est publié de Tibère, de Caligula, de Néron, et l'on verra.... que le nom de ceux et de celles qui ont servi à leurs lubricités s'y trouve presque toujours exprimé , LAMOTHE LEVAYER , Vertu des païens, II, Julien.
La fausse piété Qui, sous couleur d'éteindre en nous la volupté, Par l'austérité même et par la pénitence Sait allumer le feu de la lubricité , BOILEAU , Épigr. XXXVII
XVe s.
Fuy le gouffre de villaine lubricité , P. LEMAIRE , Pallas parlant à Paris.
Ces vertus qui sont contraires à lubricité sont en luy , Bouciq. IV, 7
XVIe s.
La langue glisseroit d'entre les doigts, à cause de sa lubricité, ainsi que fait une anguille , PARÉ , VIII, 28
Les trois [les trois Valois] en mesme lieu ont à l'envi porté La premiere moisson de leur lubricité , D'AUB. , Tragiques, princes.
Provenç. lubricitat ; espagn. lubricidad ; ital. lubricità (voy. LUBRIQUE). Le sens propre est qualité de ce qui est glissant.