LOUVETEAU

Prononciation : lou-ve-tô
Nature : s. m.

1Petit loup qui est encore sous la mère.
Le temps de la gestation est d'environ trois mois et demi, et l'on trouve des louveteaux nouveau-nés depuis la fin d'avril jusqu'au mois de juillet , BUFF. , Quadrup. t. II, p. 190 Fig. Gens de race violente et rapace.
Les millions qu'ils [les Carignans] y ont pris [à Turin] à toutes mains, ne se peuvent ni expliquer ni nombrer ; tout le monde l'a vu et senti ; on n'y a que trop reconnu les louveteaux du cardinal d'Ossat , SAINT-SIMON , 485, 25
2Se dit, dans les loges maçonniques, du fils d'un franc-maçon. 3Sorte de coins de fer à l'usage des maçons, et servant à serrer de chaque côté la louve. XIIIe s.
Quatre loviax gisent enmi, Et ma dame Hersent la love, Qui ses loviax norrist et cove , Ren. 360
S'il a gaires de tex loviaus Entre ces apostres noviaus, Eglise, tu es mal baillie, Se ta cité est assaillie , la Rose, 11173
XVIe s.
Si n'est-il loup, louve, ne louveton.... Qui jamais eust sur moy la dent boutée , MAROT , II, 50
Wallon, leûton. Louveax, de l'ancien français, dérive directement de loup ; louveteau dérive de louvet, jeune loup, qui se trouve dans ce dicton : Mort du louvet, santé de l'aignelet.