LOUP-CERVIER

Prononciation : lou-sèr-vié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie ; des lou-sèr-vié-z affamés
Nature : s. m.

1Quadrupède carnassier ressemblant à un grand chat, mais à queue courte.
Ils font voir que le lynx d'Élien est le même animal que celui qu'ils ont décrit et disséqué sous le nom de loup-cervier , BUFF. , Quadrup. t. III, p. 304
2Fig. Nom donné, par dénigrement, à ceux qui, spéculant sur les entreprises de l'État et sur les besoins publics, y font de gros gains, et, en général, à tout homme d'argent rapace.
Vous, messieurs [Juifs], vous fûtes autrefois les plus détestables et les plus sots loups-cerviers qui aient souillé la face de la terre , VOLT. , Mél. hist. Un chrét. contre six juifs, Des supplices recherchés. Au plur. Des loups-cerviers.
XVe s.
Tigres, griffons, lions, dragons horribles, Ours et lepars, leu-cerves et pantheres , G. CHASTEL. , Exp. sur verité mal prise.
XVIe s.
Loup. cervier , PARÉ , I, 15
Lat. lupus cervarius, loup de cerf, loup qui attaque les cerfs.