LOUER

Prononciation : lou-é
Nature : v. a.

1Donner à louage Louer une maison à quelqu'un. Un tapissier qui loue des meubles.
Nous espérons tous les jours de louer votre maison , SÉV. , 39 Fig.
Voilà de nos veuves ! le mari meurt à Pâques, portion de lit à louer pour la Saint-Jean , DANCOURT , la Femme d'intrigues, V, 7
Fig. et familièrement. Il a loué son ventre, il s'est engagé à aller dîner avec quelqu'un. Cet homme a des chambres à louer dans sa tête, c'est-à-dire il manque de cervelle, il est un peu fou. Terme de peinture. Figures à louer, personnages accessoires et inutiles.
2Prendre à louage. Louer une loge dans un théâtre.
Elle a loué la plus jolie maison du monde ; elle n'en veut plus , SÉV. , 22 mars 1680 Se dit des ouvriers de la campagne. Louer un garçon de ferme. Fig. On dit d'un homme qui est hors d'emploi, qu'il est à louer. Fig. Je ne suis pas loué pour cela, réponse qu'on fait à quelqu'un qui demande quelque corvée qu'on ne veut pas faire.
3Se louer, v. réfl. Se donner à louage, engager son service, son travail pour un salaire.
La bonne dame habille en chambrière Le jouvenceau, qui vient pour se louer , LA FONT. , la Gageure.
Le jour il [Cléanthès] étudiait ; la nuit il se louait pour tirer de l'eau dans les jardins , DIDER. , Opin. des anc. phil. (stoïcisme). Être pris à loyer, en parlant des choses. Les appartements se louent fort cher dans ce quartier.
XIe s.
Bien en porrat luer ses soudeiers , Ch. de Rol. III
XIIe s.
Ki primes furent saziez [rassasiés], or se sunt pur pain luez , Rois, p. 6
XIIIe s.
Il avenoit que uns hons louoit une feme dusqu'à certain terme , BEAUMANOIR , XXXVIII, 15
[Nous] passames la mer en une nef que nous louames , JOINV. , 208
Les gens le roy leur loerent les estaus pour vendre leur danrées aussi chiers, si comme l'en disoit, comme il purent , JOINV. , 217
Et s'il lieue cheval fors [hors] de la castelerie , TAILLIAR , Recueil, p. 16
XVIe s.
En quelque tente ou maison louée , AMYOT , Marcel. 5
Les sismes [schismes] qui pourroyent louer [mettre, loger] infinites ames en enfers , Lettres de Louis XII, t. II, p. 300, dans LACURNE
Wall. louwer, lower, louwi ; Berry, loger (j'ai logé 20 ouvriers pour faire une moisson) ; provenç. logar, loguar, lojar ; catal. llogar ; anc. espagn. logar ; anc. ital. locare ; du lat. locare, louer, proprement placer, de locus, lieu (voy. LIEU). 1Relever par des paroles le mérite de quelqu'un ou de quelque chose.
On ne peut trop louer trois sortes de personnes : Les dieux, sa maîtresse et son roi , LA FONT. , Fabl. I, 14
Le singe approuva fort cette sévérité, Et, flatteur excessif, Il loua la colère Et la griffe du prince, et l'antre et cette odeur , LA FONT. , ib. VII, 7
À vous pouvoir louer selon votre mérite Je manque d'éloquence, et ma force est petite , MOL. , l'Ét. II, 14
Vous avez sans doute entendu louer le chevalier de Grignan sur le passage du Rhin , SÉV. , 27 août 1675
Si j'avais trouvé cette juste comparaison.... vous me loueriez par-dessus les nues , SÉV. , 4 août 1680
On parla de vous, on vous loua jusqu'au ciel , SÉV. , 1er mai 1671
Non, pour louer un roi que tout l'univers loue, Ma langue n'attend pas que l'argent la dénoue , BOILEAU , Sat. IX
Aimez qu'on vous conseille, et non pas qu'on vous loue , BOILEAU , Art p. I
On loue tous ceux dont on croit avoir à espérer ou à craindre ; jamais on n'a vu moins d'estime et plus d'éloges , DUCLOS , Considér. sur les moeurs, ch. 3
Laissons à l'orateur [Cicéron] qui charme sa patrie, Le soin de nous louer, quand nous l'aurons servie , VOLT. , M. de Cés. II, 4
Qui loue tout n'est qu'un flatteur : celui-là seul sait louer qui loue avec restriction , VOLT. , Temple du goût, lett.
Je suis toujours étonné que le consul Pline, digne ami de Trajan, ait eu la patience de le louer pendant trois heures, et Trajan celle de l'entendre , VOLT. , Mél. litt. Sur les panégyriques. Louer quelque chose à quelqu'un, lui en faire l'éloge.
Quand il [Dieu] introduit les Israélites dans cette terre promise à leurs pères, il la leur loue afin qu'ils l'aiment , BOSSUET , Polit. I, II, 3
Louer de. Je vous loue d'avoir ainsi agi.
Je dois plus à leur haine [des ennemis]... Qu'au faible et vain talent dont la France me loue , BOILEAU , Ép. VIII
Oui, je te loue, ô ciel, de ta persévérance , RAC. , Andr. V, 5
Absolument.
Mais je sais peu louer ; et ma muse tremblante Fuit d'un si grand fardeau la charge trop pesante , BOILEAU , Disc. au roi.
Tu sais bien que mon style est né pour la satire ; Mais mon esprit, contraint de la désavouer, Sous ton règne étonnant ne sait plus que louer , BOILEAU , Épître VIII
Louer que, avec le subjonctif.
Je vous loue fort que vous ne reconduisiez pas ; c'était pour en mourir , SÉV. , 44
Fig.
Je loue le torticolis qui vous a empêché d'avoir la fatigue de manger avec ces gens-là , SÉV. , 5 janv. 1676
Fig. Il se dit des choses qui sans parler font un éloge.
Ici, messieurs, mon silence le loue plus que mes paroles , FLÉCH. , Lamoign.
2Se louer, v. réfl. Se donner des louanges à soi-même. Il est malséant de se louer soi-même.
Pendant qu'ils [les grands] ignorent l'économie et la science d'un père de famille, et qu'ils se louent eux-mêmes de cette ignorance , LA BRUY. , IX. Se donner réciproquement des louanges.
L'autre jour, suivant à la trace Deux ânes, qui, prenant tour à tour l'encensoir, Se louaient tour à tour, comme c'est la manière , LA FONT. , Fabl. XI, 5
3Se louer de quelqu'un, de quelque chose, témoigner qu'on en est satisfait.
Mais vous vous louez fort aussi du roi son frère , CORN. , Attila, II, 5
Pour un qui s'en louera, dix mille s'en plaindront , LA FONT. , Fabl. IV, 2
Je ne cesse de me louer de sa société , SÉV. , 473
Je me suis fort louée à Mlle de Scudéry de l'honnête procédé de M. de Péruis , SÉV. , 18 déc. 1673
Vos prêtres... Des bontés d'Athalie ont lieu de se louer , RAC. , Athal. II, 5 Se louer de quelqu'un, se féliciter des rapports qu'on a avec lui.
Se louer de quelqu'un, se louer d'un grand, phrase délicate dans son origine, et qui signifie sans doute se louer soi-même, en disant d'un grand tout le bien qu'il nous a fait , LA BRUY. , IX.
XIe s.
Danz Alexis an lothet Deu del ciel , St Alexis, XX
Qui ce vus lodet [conseille] que cest plait degetun [repoussions] , Ch. de Rol. X
[Il] Loat [remercia] son Deu, ne fist autre respons , ib. XXX
Tant [je] nel vous sai ne priser ne loer , ib. XXXIX
Tort [il] nus a fait, nen est dreiz qu'il s'en lot , ib. CXLIII
Veez l'orguil de France la loée , ib. CCXL
XIIe s.
Naymes li dus, qui fit mout à loer , Ronc. p. 32
Li emperere de France la loée , ib. 66
Je cornerai [sonnerai du cor], se vous le me loez [conseillez] , ib. 81
Amer [aimer] toute la meillor Qui soit par les bons loée , Couci, I
À tort s'en plaint li uns, puisque l'autre s'en lot , Sax. XVII
Par Deu ! seigneur, fait-il, moult pensa grant folage, Qui à Charle loa tel conseil et tel rage , ib. XVI
Estre bon entre les bons n'est mie chose ki mult face à loeir, mais estre bon entre les malz , Job, p. 441
XIIIe s.
Se je savoie un courtois chevalier Qui de ses armes fu loés et prisiés, Je l'ameroie de gré et volentiers , HUES DE LA FERTÉ , Romancero, p. 102
Cil qui trop se loe a non vanteres [vanteur] , BRUN. LATINI , Trésor, p. 273
Tybers, ce dist Aliste, loés en soit Jhesus , Berte, XXIV
Explicit, Diex en soit loez ! Dites Amen, vous qui l'oez , RUTEB. , II, 226
Ce fu à l'ariver que nous feimes devant Damiette, là où tout son conseil li loa [conseilla], ainsi comme je l'entendi, que il demourast en sa neif , JOINV. , 192
XIVe s.
Nous loonz tels pour les faiz et pour les oeuvres à quoy ces choses les habiletent , ORESME , Eth. 27
XVe s.
Loué soit celui qui trouva Premier la maniere d'escrire , CH. D'ORL. , Bal. 21
À qui te cuydes-tu jouer ? Et je me devois tant louer De toy ? or fay que je m'en loue , Path.
[Je] vous dis que l'oeuvre loue le maistre , Boucic. I, 21
XVIe s.
Je loue Dieu, madame, que vostre affection aye esté si bien employée , MONT. , II, 69
Ce que nature a faict pour moy, je m'en agrée et m'en loue , MONT. , IV, 304
Le louer et le meslouer s'entrerespondent de si pareille consequence, que.... , MONT. , IV, 341
Ilz se magnifioient, et hault louoient eulx et leur capitaine , AMYOT , Alc. 59
Caesar mesme luy en escrivit de la Gaule, luy louant sa deliberation , AMYOT , Crass. 30
Norm. loser ; wall. laweder ; Hainaut, lauder ; provenç. lauzar, lauxar ; catal. lloar ; esp. loar ; portug. louvar ; ital. lodare ; du lat. laudare, louer, dénominatif de laudem (voy. LOS).