LORIOT

Prononciation : lo-ri-o ; le t ne se prononce et ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des lo-ri-o-z en l'air 
Nature : s. m.

Oiseau de l'ordre des passereaux, qui est à peu près de la grosseur d'un merle, dont le plumage est, chez le mâle, d'un beau jaune, et, chez la femelle, verdâtre.
Le loriot siffle, l'hirondelle gazouille , CHATEAUBR. , Génie, I, V, 5 Compère loriot, voy. COMPÉRE.
XIIIe s.
Euriels cante dous et bas ; Teus [tel] l'escoute et ne l'entent pas , Partonopeus, V. 49
Li rossignoz et les kalendres, Oriox, merles et mauviz , Roman de la poire, ms.
XVe s.
Pour pissier entre deux maisons, ou contre le soleil, on en gaigne le mal des yeulx qu'on appelle le leurieul , Évang. des quenouilles, p. 46
XVIe s.
Entre les autres, je fus fort esmerveillé d'une forteresse que l'oriou avoit faite pour la sauve-garde de ses petis , PALISSY , 114
Picard, uriot ; wallon, orimiel ; Berry, louriou ; génev. louriou et aussi oriol, ouriou ; provenç. auriol ; cat. et esp. oriol ; du lat. aureolus, de couleur d'or, de aurum, or ; ainsi dit de sa couleur. Dans loriot, l'article s'est agglutiné avec le mot (l'oriot) ; des patois ont conservé la forme pure. Le t est une altération pour l. Orimiel du wallon équivaut à auri-merulus, le merulus d'or, merulus est le nom latin du loriot. Baquet de boulanger dans lequel on lave l'écouvillon, après avoir nettoyé le four.