LONGITUDE

Prononciation : lon-ji-tu-d'
Nature : s. f.

1Terme de géographie. L'arc de l'équateur terrestre, évalué en degrés et parties de degré, contenu entre le premier méridien, qui, pour la France, est celui qui passe par l'observatoire de Paris, et le méridien de ce lieu ; elle se compte depuis 0° jusqu'à 180° à droite et à gauche du premier méridien ; si le point est dans l'est du premier méridien, la longitude est orientale ; si dans l'ouest, elle est occidentale.
C'est lui [de Lisle] qui a changé toute la position de notre hémisphère en longitude ; il a enseigné à Louis XIV la géographie et n'a point fait de meilleur élève , VOLT. , Louis XIV, Écriv. de Lisle. Découverte des longitudes, découverte du moyen de trouver la longitude en pleine mer.
Le parlement d'Angleterre qui a promis vingt mille guinées à celui qui ferait la découverte des longitudes , VOLT. , Mél. littér. Consid. due aux gens de lettres.
2Terme d'astronomie. La distance en degrés qui existe entre un astre et le point équinoxial du printemps, ou premier point du Bélier. En astronomie, la longitude des astres se prend sur l'écliptique, au lieu que la longitude géographique se prend sur l'équateur. 3Bureau des longitudes, établissement institué en 1795 et dont le siége principal est à l'observatoire de Paris ; il rédige chaque année la Connaissance des temps et un Annuaire. XIVe s.
La longueur ou longitude est en procedant de orient en occident, et la latitude ou le ley en procedant de midi vers septentrion , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVIe s.
Le duodenum est ainsi nommé, à cause qu'il est sans revolution, replis ou entortilleure, selon la longitude de douze doigts , PARÉ , I, 15
Il est meilleur guarir les maladies avecques longitude de temps en sureté, qu'avecques crainte et soupçon en bien peu de temps , PARÉ , VIII, 4
Provenç. longitut ; espagn. longitud ; ital. longitudine ; du lat. longitudinem, de longus, long.