LOISIBLE

Prononciation : loi-zi-bl'
Nature : adj.

Qui est permis.
Il est loisible de prendre des étoffes au Levant, mais non pas de s'y faire circoncire , BALZAC , Oeuv. div. Disc. 7, dans RICHELET
Lélie : Si tu m'es inflexible, Je m'en vais me tuer. - Mascarille : Soit, il vous est loisible , MOL. , l'Ét. II, 7
Hé bien ! allez, sortez, il vous est tout loisible , MOL. , Mis. II, 4
Il vous est loisible de faire.... était barbare, suivant Marguerite Buffet, en 1668, Observ. p. 30, et suivant Vaugelas. Sur quoi l'Académie (dans ses Remarques sur Vaugelas, p. 263, dans Pougens) dit : " Loisible n'est pas si vieux que M. de Vaugelas nous le marque, mais il commence à vieillir, et il vaut mieux dire cela n'est pas permis, que cela n'est pas loisible. " S'il vieillissait alors, il a cessé de vieillir ; et il est aujourd'hui de bon usage ; surtout il devrait être préféré à facultatif, qui a le même sens. XIVe s.
Or doncques ne nous est possible, Ne necessaire, ne loisible, De deffaire les meslemens, Ne separer les elemens , l'Alch. à nat. 790
XVIe s.
Il estoit loisible à quiconque vouloit, d'appeler l'oultrageant en justice et le poursuivre , AMYOT , Solon, 32
Lat. licere, être permis (voy. LOISIR).