LOGER

Prononciation : lo-jé. Le g prend un e devant a et o : logeant, logeons
Nature : v. n.

1Habiter en une maison. Quand il vient à Paris, il loge chez son frère.
Je vous avoue que je comprends le plaisir de loger avec les gens qu'on aime , SÉV. , 24 juill. 1680
Le roi vient vers l'endroit où loge la princesse , QUINAULT , Agrippa, III, 1 Loger à la belle étoile, coucher dehors, et aussi n'avoir point de lieu pour se retirer. Loger chez soi, habiter dans une maison à soi appartenant.
2Fig. Être placé, en parlant des choses.
Et si tous ses appas sont encore en sa face, C'est que l'amour y loge , MALH. , VI, 25
Eh bien, aurait-on cru que sous tant de beauté Logeât tant de malice et de déloyauté ? , MAIRET , Sophon. I, 3
Son miroir lui disait : prenez vite un mari ; Je ne sais quel désir le lui disait aussi : Le désir peut loger chez une précieuse , LA FONT. , Fabl. VII, 5 Loger se conjugue avec l'auxiliaire avoir quand il marque l'action : Il a logé longtemps dans cette rue ; avec l'auxiliaire être, quand il marque l'état : Il est logé depuis deux ans dans cette rue.
3V. a. Donner à loger.
Où logerez-vous toutes les personnes qui vous arrivent ? Quand le roi lui-même vous logeant dans son palais et vous approchant de sa personne sacrée.... , TH. CORN. , Disc. de réc. à l'Acad. franç.
Toute ma maison est renversée ; et, malgré tous mes efforts, je n'aurai pas de quoi loger tous mes amis comme je voudrais , VOLT. , Lett. Thiriot, 24 mars 1755
Depuis mon voyage à Madrid, je suis exempt de loger des gens de guerre , BEAUMARCH. , Barb. de Sév. II, 14
En moins d'un mois, pour loger ma sagesse, J'ai mis à sec un tonneau de vin vieux , BÉRANG. , le Nouveau Diogène. Absolument.
Qui voudra dire ces choses [que les organes ne sont pas faits en vue de leur usage], fera mieux de dire encore qu'un bâtiment n'est pas fait pour loger , BOSSUET , Connaiss. IV, 2
Fig. Loger quelqu'un aux Petites-Maisons, dire qu'il est fou, et qu'il est bon à mettre dans les Petites-Maisons. Fig. et familièrement. Loger le diable dans sa bourse, n'avoir pas le sou.
Un homme n'ayant plus ni crédit ni ressource, Et logeant le diable en sa bourse, C'est-à-dire n'y logeant rien , LA FONT. , Fab. IX, 16
4Fig. Recevoir en soi. Toutes les folies qu'un cerveau humain peut loger.
Une de ces femmes Put en son coeur loger d'honnêtes flammes , LA FONT. , Court.
Ce qui m'importe, c'est la santé du corps aimable qui loge une si belle âme , VOLT. , Lett. Pr. roy. Prusse, 28 fév. 1739
5Mettre. Il lui logea une balle dans la poitrine. Cette petite fille a logé son volant dans un arbre. Fig.
Le soupçon, ce monstre sans pitié, Loge bientôt la haine où logeait l'amitié , MAIRET , Solim. II, 7
Va, dans ce triste coeur je ne veux plus de place ; Si l'amour m'y logea, la trahison m'en chasse , MAIRET , Mort d'Asdr. II, 3
6Se loger, v. réfl. Prendre un logement. Il s'est logé dans un hôtel garni. Il veut se loger sur le boulevard.
Je vous donne mon blé, par exemple ; mais j'aurai besoin d'un logement dans quelque temps ; je fais un échange avec Paul, afin de me loger , BOSSUET , Pensées chrét. et mor. 34 Disposer, arranger un logement pour l'occuper. Il s'est logé fort bien, fort commodément. Se bâtir une maison. Il s'est logé très agréablement à la campagne. Fig.
Il y a une place d'attente dans leur coeur [des hommes], elle [la beauté] s'y logerait , PASC. , Pass. de l'amour.
7Terme de guerre. Se loger sur la contrescarpe, sur la demi-lune, etc. s'y retrancher pour empêcher que les assiégés ne les reprennent. 8Être mis, placé. La balle s'est logée dans le tibia, dans la poitrine, c'est-à-dire la balle qui l'a frappé lui est restée dans le tibia, dans la poitrine. XIIe s.
As prez dessouz Golane est cele gent logie , Saxons, VII
XIIIe s.
Et se logierent en une ille que l'en apele Saint-Nicholas ens le port , VILLEH. , XXX.
Et nous lojames ou lieu dont nous avions chacié nos ennemis , JOINV. , 230
Et à celle branche qui va a Rexi vint le roy de France à tout son ost, et si se logea entre le fleuve de Damiette et celui de Rexi , JOINV. , 220
Il alerent logier desous Juilly , JOINV. , 204
XVe s.
Quant le roi de France [apprit] que le roi anglois approchoit Saint-Quentin, et estoit logé sur le royaume , FROISS. , I, I, 85
L'endemain les seigneurs de France, qui avoient perdu leurs tentes et leurs pourveances, eurent conseil qu'ils se logeroient d'arbres et de fueilles plus près de la ville , FROISS. , I, I, 157
Vous ferez bien d'ung peu le resjoïr ; Tristesce s'est avecque lui logiée ; Ne lui veuillez à son besoing faillir , CH. D'ORL. , Bal. 23
Et cuiderent repliquer ; mais à la fin ils se teurent et deporterent ; car autrement on en eust logé en prison , JUVÉNAL DES URSINS , Charles VI, 1420
Quant Julius Cesar, dus des Romains, Vint en Gaule la terre conquerir, Un jour loga entre Soissons et Rains, Sur un hault mont , E. DESCH. , Conseils des François.
Et aussi l'armée du roy logée près de luy , COMM. , V, 8
XVIe s.
Il les exempta de loger les gens de guerre , AMYOT , Sert. 9
Sçavoir bien choisir l'advantage d'un lieu fort d'assiette pour loger ou combattre , AMYOT , ib. 14
Quand elle [cette idée] pourroit loger en la teste d'un homme.... , MONT. , I, 75
L'ame qui loge la philosophie doibt.... , MONT. , I, 175
Il n'avoit que cette maison de bien logée et accommodée , MONT. , II, 77
L'ame loge au cerveau , MONT. , II, 295
Vous me voulez loger [marier] en si bas lieu ; par quoy, pour abreger, je vous dis que jamais je ne prendray mary, si je n'ay un roy comme mes autres soeurs , Nuits de Straparole, t. I, p. 268, dans LACURNE
Ho, ho, va dire messer Sylvestre, en estes vous là logée ? , CHOLIÈRES , Contes, t. II, après-dîn. 3, p. 97, dans POUGENS
Estes-vous logez à ceste enseigne et vieux fatras, qui tant ont perdu de consciences ? , NOEL DU FAIL , Cont. d'Eutrap. ch. 30, f° 171, dans LACURNE
Loge. On a voulu tirer loger du latin locare, placer ; il est bien vrai que, dans quelques formes, locare est représenté par loger (voy. LOUER 1) ; mais comment séparer loger de loge ?